Publicité

Baltimore : ce que l’on sait du « Dali », le navire qui a percuté le pont Francis Scott Key

La structure en acier du pont Francis Scott Key reposant sur un porte-conteneurs singapourien après son effondrement à Baltimore, le 26 mars 2024.
MANDEL NGAN / AFP La structure en acier du pont Francis Scott Key reposant sur un porte-conteneurs singapourien après son effondrement à Baltimore, le 26 mars 2024.

ÉTATS-UNIS - Les images tournent en boucle dans les médias du monde entier ce mardi 26 mars. Un important pont autoroutier de Baltimore, le pont Francis Scott Key, sur la côte est des États-Unis, s’est effondré dans la nuit après avoir été percuté par un porte-conteneurs, entraînant des véhicules et des personnes dans sa chute.

Les secours recherchaient au moins sept victimes dans l’eau et sur le fond marin, autour de l’immense structure métallique tordue, dans un déploiement spectaculaire de moyens incluant des drones, hélicoptères et plongeurs.

C’est un porte-conteneurs récent battant pavillon de Singapour, le « Dali », qui a provoqué l’effondrement du pont. Construit par les chantiers du coréen Hyundai en 2015, il est long de 300 mètres pour 48 mètres de largeur, 24,8 mètres de hauteur et 15 mètres de tirant d’eau.

Il reste de taille moyenne pour ce type de navire (95 000 tonneaux de jauge brute). Sa capacité d’emport, la masse maximale de sa cargaison, dépasse les 116 000 tonnes.

Deux pilotes au moment de la collision

Le navire était parti du port de Baltimore ce mardi à 1 heure du matin pour une traversée de près d’un mois jusqu’au port de Colombo, la capitale du Sri Lanka, d’après le site Marine Traffic. Il a heurté le pont à 1h28 heure locale.

Le navire appartient à la société hongkongaise Grace Ocean. Le géant danois Maersk a confirmé qu’il transportait les marchandises de ses clients. Selon Wes Moore, le gouverneur de l’État américain du Maryland, le navire avait un « problème électrique ». « Nous pouvons confirmer que l’équipage a informé les autorités d’un problème d’alimentation électrique », a-t-il déclaré.

La société singapourienne qui opère le « Dali », Synergy Marine, a précisé qu’il était manœuvré par deux pilotes au moment de la collision. Pas par des pilotes de son propre équipage, mais par des pilotes locaux qui « font entrer et sortir les navires du port de Baltimore », a déclaré le secrétaire aux Transports du Maryland, Paul Wiedefeld, lors d’une conférence de presse, comme le rapporte Le Parisien.

Selon le gouverneur du Maryland, le navire accidenté a lancé un SOS avant l’impact, ce qui a permis de réduire le trafic sur le pont. L’équipage du navire a informé les autorités d’un problème de perte de puissance ayant mis le navire hors de contrôle avant de percuter l’un des piliers du pont, ce qui a permis de couper une partie du trafic routier sur le pont et de sauver des vies, a expliqué le gouverneur

Aucun membre de l’équipage n’a été blessé et il n’y a pas eu de pollution constatée, a souligné Synergy. Vingt-deux membres d’équipage étaient à bord au moment de l’accident, selon le port de Singapour. Des recherches sont actuellement menées pour retrouver des personnes tombées à l’eau.

Un premier incident en Belgique

Habitué des trajets entre l’Asie et la Côte Est des États-Unis, le « Dali » avait traversé le canal de Panama le 13 mars avant de passer par les ports de New York, Norfolk et finalement Baltimore.

Peu après sa mise à flot, en 2016, le navire avait causé un premier incident en touchant un quai du port d’Anvers en Belgique, selon les sites Vessel Finder et Shipwrecklog.

Ses réservoirs peuvent contenir jusqu’à 8 344 mètres cubes de fioul, selon Marine Traffic. Il est assuré par la société britannique Britannia.

À voir également sur Le HuffPost :

IVG aux États-Unis : la décision de la Cour suprême sur la pilule abortive pourrait provoquer un bond en arrière

Procès de Donald Trump : la justice de New York réduit sa caution à 175 millions de dollars et lui donne dix jours pour la payer