Publicité

Aya Nakamura: le directeur artistique de la cérémonie d'ouverture des JO dénonce "le racisme, le 'classisme' dont elle a été victime"

Thomas Jolly, directeur artistique de la cérémonie d'ouverture des JO de Paris, prend la défense d'Aya Nakamura, qui pourrait chanter lors de l'événement. Le metteur en scène, qui ne confirme pas la présence de la chanteuse, a dénoncé dans les colonnes de Télérama "le racisme, le 'classisme', le sexisme dont elle a été victime".

"Bien sûr qu’en mêlant rap, zouk et r'n'b dans sa pop afro-urbaine, Aya ne plaît pas à tout le monde. Mais le racisme, le 'classisme', le sexisme dont elle a été victime sont inadmissibles et le Comité d’organisation des jeux Olympiques et Paralympiques (Cojop), comme les ministres des Sports et de la Culture l’ont soutenue", a-t-il déclaré.

Et d'ajouter: "Il m'appartient que, le 26 juillet, chacun d'entre nous se sente reconnu: chacun a ses goûts propres et pourtant on forme un grand tout. Il y a des gens en France qui aiment Aya Nakamura, Georges Brassens et Pascal Dusapin. Pas de discrimination culturelle."

"Intégrer le plus grand nombre"

Selon le metteur en scène, "si un 'objet culturel' divise, c'est peut-être simplement qu'il n'est pas à l’endroit juste, mal placé, mal mis en scène". "À moi d'y réfléchir", a complété celui qui espère "faire résonner et rayonner" avec "esprit, fantaisie, humour et insolence" ce qu'incarne "la France dans son histoire et sa pluralité".

"Je me revendique surtout 'super-spectateur' de la cérémonie, avec la charge de représenter les catégories d’êtres et d’individus les plus divers. Mon boulot est d'intégrer le plus grand nombre", a-t-il enfin déclaré.

La chanteuse de 28 ans, sacrée artiste féminine aux Victoires de la musique, est stigmatisée par l'extrême droite et fait l'objet de nombreuses attaques racistes depuis l'annonce, fin février par l'hebdomadaire L'Express, de sa possible participation à la soirée du 26 juillet de lancement des Jeux olympiques.

Une enquête a été ouverte après un signalement de la Licra dénonçant des publications à caractère raciste visant la chanteuse. Rachida Dati, ministre de la Culture, a dénoncé sur Skyrock les attaques visant la chanteuse: "C'est inacceptable. Là on est dans le délit, c’est du racisme pur et dur. Donc faut arrêter."

Article original publié sur BFMTV.com