Publicité

AVC chez le chien : les premiers gestes à faire selon une véto

Comme chez les humains, un AVC peut avoir de graves conséquences sur un chien. Symptômes, comment agir, prévention... Une experte nous confie tout ce qu'il faut savoir.

L'AVC chez le chien est, comme chez l'homme, à ne pas prendre à la légère (Getty Images) (Getty Images)

L'accident vasculaire cérébral (AVC), bien que plus couramment associé aux humains, peut également affecter les chiens. Il est essentiel de savoir reconnaître les signes d'un AVC chez le chien afin de lui fournir une intervention rapide et appropriée. Charlotte Renard, vétérinaire conseil pour Direct-Vet, nous informe sur les symptômes et comment réagir en cas d’AVC de votre animal de compagnie.

Qu'est-ce qu'un AVC chez le chien ?

Un AVC survient lorsque l'apport sanguin vers une partie du cerveau est interrompu, soit à cause d'un caillot ou d'une hémorragie. Chez les chiens, tout comme chez les humains, cela peut entraîner des dommages cérébraux et des symptômes neurologiques.

À LIRE AUSSI >> Petit chien calme : 10 races faciles à vivre

"Comme chez l’humain, l’AVC correspond à un défaut de circulation sanguine sur une partie du cerveau. Cela peut être dû à une ischémie, une obstruction d’une artère du cerveau, ou à une hémorragie qui va léser les cellules environnantes", nous explique la vétérinaire.

Quels sont les symptômes ?

Les symptômes d'un AVC sont très variés et vont dépendre de la zone concernée. "Cela peut aller de la désorientation ou confusion, à des troubles de l’équilibre, des faiblesses ou même paralysie des membres, des mouvements anormaux des yeux, une perte de la vue ou encore une paralysie faciale, précise Charlotte Renard. L’apparition des symptômes est très rapide et peut continuer à s’aggraver sur 24 à 72 heures".

Les symptômes d'un AVC peuvent être assez nombreux et variés en fonction de la zone du cerveau atteinte (Getty Images)
Les symptômes d'un AVC peuvent être assez nombreux et variés en fonction de la zone du cerveau atteinte (Getty Images) (Getty Images)

Que faire en cas de suspicion d'AVC ?

Dans un premier temps, il est crucial de garder votre calme et de vous assurer que votre chien est en sécurité, loin de tout danger comme les escaliers. Évitez de le nourrir ou de lui donner à boire, car cela pourrait aggraver la situation. Puis contactez immédiatement votre vétérinaire ou un service d'urgence vétérinaire.

À LIRE AUSSI >> "Mon chien pleurait et agissait vraiment bizarrement, il avait détecté un problème chez moi"

Une prise en charge rapide peut améliorer considérablement le pronostic et la qualité de vie de votre animal. "Un AVC est une situation d’urgence qui nécessite une prise en charge rapide et une hospitalisation en urgence, met en garde la vétérinaire. D’autres problèmes neurologiques peuvent partager les mêmes symptômes, des examens complémentaires permettront donc de confirmer le diagnostic d’AVC en écartant d’autres maladies neurologiques".

Un AVC est une situation d’urgence qui nécessite une prise en charge rapide (Getty Images/iStockphoto)
Un AVC est une situation d’urgence qui nécessite une prise en charge rapide (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

Un chien peut-il garder des séquelles ?

Les séquelles d’un chien victime d’AVC dépendent de la taille de la lésion cérébrale, de sa localisation et de la gravité des signes cliniques. "Dans de nombreux cas d'infarctus cérébraux, l'état du chien peut s'améliorer de façon spectaculaire en quelques jours ou semaines", rassure Charlotte Renard, même s'il existe toutefois un risque de récidive. "Dans les cas d’hémorragie cérébrales, les signes peuvent aussi être réversibles, mais si les signes cliniques étaient très graves, il existe un risque plus élevé de séquelles", ajoute-t-elle.

Comment réduire le risque ?

Bien que chaque chien soit différent, la gestion des maladies cardiaques, l'hypertension ou le diabète peut réduire le risque d'AVC. "Un suivi régulier par le vétérinaire traitant permet de mieux détecter et gérer de telles maladies chroniques et ainsi d’éviter la survenue indirecte d’AVC", conclut Charlotte Renard.

VIDÉO - D’après une récente étude, recevoir l’amour d'un chien est bon pour la santé