Publicité

"Mon chien pleurait et agissait vraiment bizarrement, il avait détecté un problème chez moi"

Une jeune femme de 36 ans, prénommée Claire Churchill, a vu sa vie basculer après avoir adopté un chien, un croisé Jack Russell-chihuahua.

Canada, Ontario, Stoney Lake

Elle estime être encore en vie grâce à son chien. Une jeune femme de 36 ans, prénommée Claire Churchill, a vu sa vie basculer après avoir adopté un chien, un croisé Jack Russell-chihuahua, une jolie histoire relayée par le Sun. Si les six premiers mois se sont écoulés sans encombre, son compagnon à quatre pattes, nommé Holly, a commencé à agir “bizarrement” peu de temps après. Elle “grattait”, “pleurait” et “aboyait” constamment en direction de sa poitrine.

À LIRE AUSSI : Dans un train, un dermatologue lui conseille de faire vérifier une tache... et lui sauve la vie

"Elle fourrait toujours son nez dans mon haut. Je pensais qu’elle était juste bizarre”, s’est-elle remémorée tout en expliquant qu’elle avait l’habitude de s’endormir sur son sein gauche et qu’elle semblait constamment bouleversée. Suite à quoi, la trentenaire a remarqué une anomalie à ce niveau-là. Elle présentait une grosseur au sein gauche de la taille d’une orange et a rapidement reçu un diagnostic de cancer.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du sein chez la femme, c’est 12 000 décès par an en France"

Une chimiothérapie, une radiothérapie et une mastectomie

À son grand désarroi, son cancer s’était propagé à ses ganglions lymphatiques. Elle a donc subi une chimiothérapie et une radiothérapie avant de subir une mastectomie en décembre dernier. Mais malheureusement pour elle, la jeune femme devra subir prochainement une autre mastectomie et une hystérectomie en raison de la présence du gène BRCA dans son organisme, un gène qui augmenterait le risque de récidive.

Reconnaissante d’être toujours en vie, Claire a dit devoir une fière chandelle à sa chienne. "Sans elle, je ne l'aurais pas su et je serais morte. Je ne me suis jamais palpée car je pensais que le cancer du sein arrivait seulement aux femmes dans la soixantaine et non au début de la trentaine”.

Comme elle l’a raconté, sa chienne a depuis changé de comportement envers elle. Elle ne pleure plus et n’aboie plus en direction de sa poitrine comme elle le faisait. "C'est comme si elle était satisfaite et heureuse que le cancer soit parti”, a-t-elle conclu.

VIDÉO - Sarah Ferguson diagnostiquée d'un cancer du sein et opérée en urgence