Publicité

Au Japon, les cas d’infection à une bactérie mortelle se multiplient

Après la fin de l’épidémie de Covid-19, le Japon est confronté à une multiplication inquiétante des cas de syndrome de choc toxique streptococcique (SCTS) dus à l’infection aux streptocoques du groupe A (SGA). Il s’agit de bactéries réputées dangereuses, à l’origine d’une affection dont le taux de mortalité s’élève entre 30 % et 70 %, selon l’article de la chaîne japonaise TBS.

L’année dernière, le pays avait déjà enregistré un nombre record de 941 cas d’infection aux SGA, dépassant le chiffre recensé en 2019 (894 cas). Or cette année, signe que la situation s’aggrave à un rythme alarmant, 474 cas ont été déjà rapportés au 10 mars, continue la chaîne.

Si les symptômes de l’infection aux SGA peuvent paraître relativement anodins au début – fièvre, douleur dans les membres –, ils apparaissent de façon très rapide, provoquant notamment une défaillance multiviscérale en seulement dizaines d’heures. “Cela peut aussi entraîner la nécrose de membres, d’où l’appellation de ‘bactérie mangeuse d’hommes’”, rappelle le journal Tokyo Shimbun, qui précise que le mécanisme déclenchant tous ces symptômes reste inconnu.

Parmi les 65 cas rapportés entre juillet et mi-décembre 2023 à l’Institut national des maladies infectieuses du pays, 21 ont conduit à la mort du patient, rapporte la chaîne publique du pays, la NHK.

Une baisse de l’immunité collective ?

Le ministère de la Santé japonais appelle la population à appliquer les gestes sanitaires de base. “L’infection se transmet par le contact physique et via les gouttelettes. Il est donc important de se désinfecter les mains et de se couvrir la bouche quand on tousse [pour protéger les autres]”, avance le ministère, cité par le quotidien Mainichi Shimbun.

En ce qui concerne la cause de cette propagation, aucune théorie ne fait l’objet d’un consensus à ce stade. Dans un article publié sur le site de Toyo Keizai, Masahiro Kami, médecin et président du Centre de recherche sur la gouvernance médicale, rappelle que d’autres maladies infectieuses, comme la grippe ou la fièvre pharyngo-conjonctivale, font aussi rage actuellement au Japon.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :