Au Brésil, des pro-Bolsonaro envahissent les abords du Congrès

Une manifestation pro-Bolsonaro a viré à l’affrontement avec les forces de l’ordre à Brasilia. Les manifestants dénoncent une élection « volée ».

BRÉSIL - Deux ans presque jours pour jours après l’assaut du Capitole américain, autour du Congrès brésilien ? Des centaines de manifestants pro-Bolsonaro ont envahi avec violence, ce dimanche 8 janvier, les abords du Congrès, à Brasília. Celui-ci regroupe dans un même bâtiment la chambre des Députés et le Sénat.

Plusieurs images relayées sur les réseaux sociaux, ainsi que par Globo, montrent une foule immense massée devant le bâtiment, ainsi que des affrontements avec les forces de l’ordre.

Des manifestants sont apparus sur le toit, mais aussi sur toutes les pelouses attenantes, y compris celle du palais présidentiel de Planalto.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Selon le média brésilien, un véhicule de police est même tombé dans le miroir d’eau du monument.

La zone autour du Congrès avait été bouclée par les autorités, mais les bolsonaristes qui refusent d’accepter l’élection de Lula sont parvenus à rompre les cordons de sécurité et plusieurs dizaines d’entre eux sont parvenus à monter sur la rampe de ce bâtiment à l’architecture moderne pour en occuper le toit.

Ces effusions de violences interviennent une semaine après l’investiture du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva. Jair Bolsonaro, qui a été battu d’une courte tête par Lula au second tour de la présidentielle le 30 octobre, a quitté le Brésil en fin d’année pour rejoindre les Etats-Unis.

Plus d’information à venir

VIDÉO - Brésil: la tension règne à l'approche de l'investiture de Lula

Lire aussi

Brésil : Lula, investi président, veut redresser le bilan « désastreux » de Bolsonaro

Au Brésil, Pelé n’était pas seul pour sa dernière procession

undefined