Publicité

Déserts médicaux: Attal veut restaurer les "obligations de garde" pour les médecins libéraux

Le Premier ministre Gabriel Attal envisage de restaurer les "obligations de garde" pour les médécins libéraux dans les départements mal pourvus et de faire "payer" les patients qui n'honorent pas leur rendez-vous.

"Quand on a un rendez-vous chez le médecin et qu'on ne vient pas sans prévenir, on paye", a-t-il martelé mardi dans sa déclaration de politique générale.

Attal "prêt" à restaurer les obligations de garde pour les médecins libéraux

Il a aussi annoncé qu'un émissaire serait nommé pour aller "chercher à l'étranger des médecins qui voudraient venir exercer en France" et rappelé l'annonce d'Emmanuel Macron de la régularisation de médecins étrangers sur le territoire français. Gabriel Attal veut "trouver les moyens de faire revenir nos jeunes français, partis étudier la médecine à l’étranger".

Face aux déserts médicaux, le chef du gouvernement a affirmé que "dès cet été, chaque département devra être doté d’un service d’accès aux soins, avec des professionnels organisés pour assurer la permanence des soins". Pour cela, il s'est dit "prêt à aller plus loin, en restaurant des obligations de garde pour les médecins libéraux, en soirée ou le week-end, dans leurs cabinets, à l’hôpital ou en maisons de santé".

Dans un rapport publié en 2013, la Cour des comptes expliquait que c’est un mouvement de grève des gardes lancé en 2001 qui a aboutit en 2002 au retrait de l’obligation de garde du code de déontologie de la profession médicale et à son remplacement par un système collectif fondé sur le volontariat. Entre 9 et 12 % de la population française vit aujourd'hui dans un désert médical, soit entre 6 et 8 millions de personnes, selon un rapport d'information du Sénat publié en 2020.

Article original publié sur BFMTV.com