Publicité

Ce que l'on sait sur l'accident mortel de Kelvin Kiptum, recordman du monde du marathon

Détenteur du record du monde du marathon depuis octobre dernier, le Kényan Kelvin Kiptum est décédé ce dimanche dans un accident de la route, survenu dans l'ouest de son pays. Grand favori dans sa discipline pour les Jeux olympiques de Paris, l'athlète de 24 ans comptait être le premier homme à courir un marathon officiel sous la mythique barre des deux heures.

Une sortie de route sur près de 60 mètres

La triste nouvelle a été confirmée dimanche soir par des sources policières. Kelvin Kiptum se trouvait en compagnie de son entraîneur Gervais Hakizimana (36 ans), qui n'a pas survécu non plus. "L'accident s'est produit vers 23h00 (20h00 GMT)", a indiqué le commandant de police du comté d'Elgeyo Marakwet (ouest du Kenya), Peter Mulinge.

"C'est Kiptum qui conduisait en direction d'Eldoret", a ajouté Mulinge, précisant que l'homme de 24 ans avait perdu le contrôle du véhicule. "Une passagère a été blessée et a été transportée d'urgence à l'hôpital", a-t-il encore indiqué. L'ancien athlète belge Marc Corstjens, devenu manager de Kiptum, a confirmé l'information, précisant que les deux hommes "rentraient au camp d'entraînement".

Selon un rapport de police consulté par l'AFP, "Kiptum a perdu le contrôle (du véhicule) et fait une sortie de route", roulant sur "environ 60 mètres avant de heurter un gros arbre". Des images diffusées par les médias kényans montrent sa voiture, le pare-brise enfoncé et le toit disloqué par l'impact.

Un talent précoce

Kelvin Kiptum était entraîné par le Rwandais Gervais Hakizimana, qui avait rencontré le talent en 2013 pendant ses séjours d'entraînement au Kenya avant de devenir son entraîneur à plein temps en 2020. Au moment de leur rencontre, encore adolescent, Kiptum était gardien de chèvres.

Kelvin Kiptum s'était mis sérieusement à la course à pied en 2016. Habitué à beaucoup courir, le Kényan pouvait accumuler plus de 250 kilomètres par semaine, dépassant même parfois le cap des 300 bornes. Le duo avait l'habitude de loger ensemble lors des camps d'entraînement.

A Chicago en octobre dernier, Kelvin Kiptum avait réalisé un temps de 2h et 35 secondes sur le marathon, pulvérisant de 34 secondes le record de son compatriote Eliud Kipchoge. Le phénomène disputait seulement son troisième marathon. Révélé en 2022 à Valence, Kelvin Kiptum était attendu à Rotterdam le 14 avril pour battre son propre record.

Une pluie d'hommages

Légende de l'athlétisme, Kipchoge s'est dit "profondément attristé" par cet accident. "Il avait toute la vie devant lui pour atteindre l'excellence", a écrit le double champion olympique du marathon. En octobre 2019, dans un projet par Ineos, il avait réalisé un temps d'une heure 59 minutes et 40 secondes lors du marathon de Vienne. La performance n'avait néanmoins pas été homologuée.

Président du Kenya, William Ruto a lui aussi rendu hommage à Kiptum. "C'était un sportif extraordinaire qui a une laissé une trace extraordinaire dans le sport." Pour le dirigeant, l'athlète était "sans doute l'un des meilleurs sportifs au monde qui a brisé les barrières pour établir un record du marathon". "Kiptum était notre avenir", a conclu Ruto.

Président de la fédération internationale d'athlétisme, Sébastian Coe a également pris la parole. "Nous sommes choqués et profondément attristés d'apprendre la perte dévastatrice de Kelvin Kiptum et de son entraîneur Gervais Hakizimana", le Britannique, rendant hommage à "un athlète incroyable". "Il nous manquera beaucoup", a-t-il conclu.

"A quelques jours des Jeux olympiques, nous pleurons le départ prématuré d'un talent prometteur", a déclaré le président du Comité national olympique kényan, lui-même ancien marathonien, Paul Tergat, tandis que le double champion olympique (2012, 2016) kényan du 800 m David Rudisha a regretté "une énorme perte", dans des messages sur X.

Article original publié sur RMC Sport