"Arrêtez de lécher les crapauds" : la demande insolite d'un parc naturel à ses visiteurs

ARDEA/MARY EVANS/SIPA

Certains crapauds sécrètent une substance toxique ayant des vertus psychotropes. L’engouement pour une espèce du parc naturel de Saguaro (Etats-Unis) inquiète les responsables.

L'injonction du service des parcs nationaux américains a le mérite d'être clair. Chaque visiteur du parc national de Saguaro situé dans le désert de Sonora (Nouveau-Mexique) y a désormais droit, et le message a été diffusé sur la page Facebook du National Park Service. Il faut dire que la menace est réelle. Pour les humains. Et pour les crapauds.

Ce crapaud sécrète une toxine dangereuse... et hallucinogène !

Au centre du débat, Bufo alvarius, un amphibien d'une quinzaine de centimètres qui vit dans les zones arides, notamment dans ce parc situé entre le Mexique, l'Arizona et la Californie. L'animal est connu pour secréter par sa peau une toxine. Assez redoutable pour éloigner les prédateurs, et pouvant même tuer un chien adulte si elle était avalée selon le zoo d'Oakland (Californie), la toxine n'effraie pourtant pas certains visiteurs amateurs de sensations fortes.

Le venin de Bufo alvarius contient du 5-MeO-DMT (pour 5-méthoxy-diméthyltryptamine), une substance psychoactive très puissante. On la trouve dans la peau de ce crapaud ainsi que dans certaines plantes, comme le yopo, un arbre d'Amérique du Sud. Toutefois, si Bufo alvarius est si alléchant pour les amateurs de 5-MeO-DMT, c'est que sa toxine en contient jusqu'à 30% ! Le 5-MeO-DMT est très proche du DMT contenu dans l'ayahuasca, la décoction hallucinogène sacralisée dans de nombreuses cultures indigènes en Amérique du Sud.

Bien que les molécules soient chimiquement similaires, les effets du 5-MeO-DMT et du DMT sont différents. Ce dernier est connu pour générer des hallucinations visuelles très immersives. Mais l'individu reste conscient qu'il vit une expérience et conserve sa pensée rationnelle.

Vingt fois plus puissante, la bufotoxine induit moins d'hallucinations. En revanche, elle agit sur la conscience et provoque une perte de l'identité de soi. L'utilisateur témoigne souvent s'être senti comme ne faisant qu'un avec l'Univers. En agissant sur des récepteurs neuronaux spécifiques, certaines recherches m[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi