Angoulême 2023: Catherine Meurisse, Riad Sattouf et Alison Bechdel en lice pour le grand prix

La dessinatrice Catherine Meurisse  - Joel Saget - AFP
La dessinatrice Catherine Meurisse - Joel Saget - AFP

Qui remportera le grand prix du Festival international de la bande-dessinée d'Angoulême 2023? La grand-messe du 9e art a dévoilé mercredi le nom des trois auteurs en lice pour la récompense suprême de sa 50e édition, qui se déroulera du 26 au 29 janvier: Alison Bechdel, Catherine Meurisse et Riad Sattouf.

Ce dernier compte sans doute parmi les auteurs les plus populaires de la BD française, notamment grâce à ses séries L'Arabe du futur et Les cahiers d'Esther. C'est lui, d'ailleurs, qui a dessiné l'affiche du cru 2023 du festival.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

L'Américaine Alison Bechdel s'est fait connaître dans le monde la BD avec Fun Home, son premier roman graphique sorti en 2006. Couronné de succès, l'ouvrage a été élu meilleur livre de l'année par le Time Magazine et a été adapté en comédie musicale à Broadway, comme le rapporte le festival dans un communiqué. Son œuvre s'est poursuivie avec C'est toi ma maman? et Le Secret de la force surhumaine, sorti en France en 2022. D'après Le Monde, c'est à elle que l'on doit le "test de Bechdel", une série de critères mettant en évidence le manque de représentation féminine au cinéma.

Enfin, Catherine Meurisse, autrice de La Légèreté, Les Grands espaces ou La Jeune femme et la mer se retrouve en compétition pour la troisième année consécutive. Cette ancienne de Charlie Hebdo est devenue en 2020 la première autrice de bande dessinée membre de l'Académie des beaux-arts.

Édition controversée

Cette 50e édition du Festival d'Angoulême est précédée d'une polémique retentissante. La manifestation devait présenter une exposition sur le travail de Bastien Vivès, auteur de BD controversé pour ses ouvrages présentant des scènes pédopornographiques.

Une pétition demandant l'annulation de cette exposition a rapidement recueilli plusieurs dizaines de milliers de signatures, tandis que d'anciennes déclarations de l'artistes ont été exhumées par les internautes - "L'inceste, moi, ça m'excite à mort", avait-il notamment déclaré au site Mademoizelle en 2017. Le festival de BD d'Angoulême, évoquant des "menaces", a annoncé l'annulation de l'exposition. De son côté, Bastien Vivès a fait son mea culpa.

Article original publié sur BFMTV.com