Publicité

Allemagne: vaste opération de police contre une association pro-Hezbollah

JENS SCHLUETER / AFP

Des perquisitions visant une association islamiste soupçonnée de soutenir le mouvement chiite libanais Hezbollah ont été menées dans sept régions d'Allemagne, a annoncé ce jeudi 16 novembre le ministère de l'Intérieur. 54 propriétés ont été fouillées par plus de 100 policiers à Hambourg, en Basse-Saxe, en Hesse, dans le Bade-Wurtemberg, en Bavière, à Berlin et en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, précise le quotidien allemand Hamburger Morgenpost.

"À une époque où de nombreux Juifs se sentent particulièrement menacés", "nous ne tolérons généralement pas la propagande islamiste ni les incitations antisémites et hostiles à Israël", a déclaré dans un communiqué la ministre de l'Intérieur Nancy Faeser à propos d'une opération de police visant le "Centre islamique de Hambourg" (IZH) et cinq autres organisations soupçonnées de lui être rattachées.

"Soupçonné d'agir à l'encontre de l'ordre constitutionnel"

Le Centre islamique de Hambourg, dont les politiques réclament la fermeture depuis "longtemps" d'après le Hamburger Morgenpost, est soupçonné d'agir à l'encontre "de l'ordre constitutionnel" et de diffuser le "concept révolutionnaire" des mollahs iraniens, a indiqué le ministère.

L'Allemagne considère le Hezbollah comme une "organisation terroriste" et a interdit ses activités dans le pays en avril 2020.

Après les attaque terroristes du Hamas contre Israël le 7 octobre et la résurgence d'actes antisémites, le Bundestag a demandé à l'unanimité que le gouvernement "œuvre à la fermeture du Centre islamique de Hambourg", selon le site d'information allemand Der Spiegel.

L'organisation a été désignée comme le "centre d'espionnage le plus important du régime [des mollahs] en Allemagne" par le chef du Parti Vert, Omid Nouripour.

Le Renseignement intérieur allemand soupçonne IZH, qui contrôle notamment la mosquée de l'Imam Ali à Hambourg, "d'exercer une forte influence" sur d'autres mosquées et associations, "allant jusqu'à une prise de contrôle totale", a affirmé le ministère de l'Intérieur.

Avant d'ajoute que dans cette mouvance, "on observe clairement des tendances antisémites et hostiles à Israël qui se propagent également dans divers canaux médiatiques".

Le Centre islamique de Hambourg rejette ces accusations et les qualifie "d'injustes".

Article original publié sur BFMTV.com