Explosion en Allemagne: le bilan passe à 2 morts et 31 blessés

·3 min de lecture
Incendie sur un site de traitement des déchets opéré par Currenta dans le parc industriel Chempark, à Leverkusen en Allemagne, le 27 juillet 2021 - Roberto Pfeil © 2019 AFP
Incendie sur un site de traitement des déchets opéré par Currenta dans le parc industriel Chempark, à Leverkusen en Allemagne, le 27 juillet 2021 - Roberto Pfeil © 2019 AFP

L'explosion survenue mardi à Leverkusen, dans l'ouest de l'Allemagne, sur un site de traitement de déchets, a fait deux morts, cinq disparus, trente-et-un blessés dont trois graves, a indiqué l'entreprise Currenta, gestionnaire du site, dans un communiqué, publié sur son site internet.

Un immense panache de fumée noire, visible de loin, s'est dégagé toute la journée de la zone du sinistre, un centre de stockage des déchets et un incinérateur, à proximité d'un parc industriel spécialisé dans la chimie.

"Nous sommes profondément bouleversés par cet accident tragique et la mort d'un collaborateur", a déclaré la direction de l'entreprise Currenta.

Les opérations de secours se poursuivent pour tenter de trouver les cinq disparus. Les 31 blessés, dont trois gravement touchés, sont des salariés de l'usine. L'origine de l'explosion reste pour l'heure encore inconnue.

Pollution scrutée

Le dégagement de fumée avait entraîné un appel des autorités "à se rendre dans des pièces fermées, éteindre la climatisation et, par précaution, garder les fenêtres et les portes closes". Cet avertissement n'était plus valable en fin d'après-midi, a indiqué plus tard la ville.

Et les dégâts auraient pu être plus graves: un risque d'explosion dans un deuxième réservoir qui contenait 100.000 litres de déchets toxiques hautement inflammables subsistait après l'incendie, selon le ministre de l'Intérieur régional de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Herbert Reul. Ce danger a pu être écarté grâce à l'intervention nombreuse, plus de 300 agents, des pompiers, a-t-il ajouté.

Le site de stockage et l'usine d'incinération se trouvent en bordure du parc industriel Chempark regroupant des entreprises du secteur de la chimie, l'un des plus grands du genre en Europe, en périphérie de Leverkusen (Rhénanie-du-nord-Westphalie).

Siège du géant de la chimie Bayer, Leverkusen compte un peu plus de 160.000 habitants et se situe à une vingtaine de kilomètres de Cologne. Les groupes Evonik et Lanxess y ont également des usines.

L'éventuelle pollution dégagée est minutieusement scrutée par la ville de Leverkusen qui n'avait cependant détecté, en fin d'après-midi "aucune augmentation des charges polluantes".

Celle-ci a indiqué que les retombées poussiéreuses consistaient en des "particules de la taille d'une pièce de un centime voire un euro qui ont une consistance huileuse".

"Jour sombre"

"Il est donc recommandé de ne pas transporter de suie dans votre maison, c'est-à-dire d'enlever vos chaussures et de les laisser devant la porte d'entrée", a-t-elle ajouté.

Lors d'une conférence de presse à Leverkusen, le directeur de Chempark, Lars Friedrich, a expliqué que des expertises étaient en cours pour identifier la composition du nuage de fumée.

Le destin de cette cité des bords du Rhin est lié depuis des décennies au secteur de la chimie, troisième branche industrielle allemande.

Le maire de la ville, Uwe Richrath, a parlé d'"un jour sombre pour les habitants de Leverkusen".

Il a également été demandé aux habitants de signaler toute observation de suie ou de résidus qui pourraient tomber du ciel afin qu'ils puissent être examinés.

L'incendie qui a suivi l'explosion et embrasé des cuves de solvants a pu être éteint après plusieurs heures d'intervention des pompiers.

Trois des réservoirs "ont été complètement ou partiellement détruits", a déclaré M. Friedrich, ce qui rend impossible pour l'instant de dire précisément où l'explosion s'est produite.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles