Affaire Karachi : le domicile de Léotard perquisitionné

Le domicile de l'ancien ministre français de la Défense, François Léotard, dans le Var a été perquisitionné mardi 20 novembre dans la matinée, dans le cadre du volet financier de l'affaire Karachi, selon une source judiciaire, confirmant une information d'"Europe 1".

François Léotard a été ministre de la Défense de 1993 à 1995 dans le gouvernement d'Edouard Balladur, au moment où furent signés les contrats d'armement soupçonnés d'avoir donné lieu au versement de rétro-commissions ayant pu financer la campagne présidentielle d'Edouard Balladur.

Une mise en cause relèverait de la Cour de justice ministérielle

Plusieurs témoins ont expliqué aux juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire que deux intermédiaires, Ziad Takieddine et Abdulrahmane El Assir, tous deux mis en examen dans cette enquête, ont été imposés dans la dernière ligne droite de ces contrats d'armement par le cabinet de François Léotard.

François Léotard avait assuré en 2011 au juge antiterroriste Marc Trévidic, chargé de l'enquête sur l'attentat du 8 mai 2002 ayant coûté la vie à 11 Français, que les commissions versées sur le contrat de sous-marins Agosta n'avaient pas donné lieu au versement de rétro-commissions vers la France.

Une éventuelle mise en cause de François Léotard, dans le cadre de ses fonctions ministérielles, dans le volet financier de l'affaire Karachi relèverait de la Cour de justice de la République (CJR). La CJR est compétente pour juger les crimes et délits commis par des ministres dans l'exercice de leurs fonctions.



Retrouvez cet article sur Le Nouvel Observateur

Affaire Karachi : le domicile de Léotard perquisitionné
Karachi : Balladur cité pour la première fois par un témoin
Karachi : la justice saisit l'appartement de Thierry Gaubert
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.