Affaire Jacques Bouthier : Un Français mis en examen au Maroc

An accuser speaks during a press conference organised by the Moroccan Association for the Rights of Victims in Tangiers in northern Morocco on June 17, 2022, regarding the trial of Jacques Bouthier, the French former CEO of the Vilavi group who was charged with human trafficking and rape of a minor in a case that has shocked France. - Bouthier, 75, was charged after a woman, 22, went to the Paris police in March and said he had held her captive for five years and repeatedly raped her, a source close to the case, who asked not to be named, told AFP. (Photo by FADEL SENNA / AFP) (Photo by FADEL SENNA/AFP via Getty Images)
FADEL SENNA / AFP via Getty Images An accuser speaks during a press conference organised by the Moroccan Association for the Rights of Victims in Tangiers in northern Morocco on June 17, 2022, regarding the trial of Jacques Bouthier, the French former CEO of the Vilavi group who was charged with human trafficking and rape of a minor in a case that has shocked France. - Bouthier, 75, was charged after a woman, 22, went to the Paris police in March and said he had held her captive for five years and repeatedly raped her, a source close to the case, who asked not to be named, told AFP. (Photo by FADEL SENNA / AFP) (Photo by FADEL SENNA/AFP via Getty Images)

FADEL SENNA / AFP via Getty Images

Une accusatrice de Jacques Bouthier s’exprimant lors d’une conférence de presse à Tanger, au Maroc, le 17 juin 2022.

MAROC - Un Français a été mis en examen dans le cadre d’une vaste enquête au Maroc pour harcèlement sexuel visant l’ex-patron français Jacques Bouthier et plusieurs de ses collaborateurs, a-t-on appris ce mercredi 3 août auprès de l’avocate des plaignantes.

« Ce Français a été auditionné mercredi par un juge d’instruction qui a décidé de le laisser en état de liberté provisoire », a déclaré à l’AFP Me Aïcha El Guella.

Cet ancien employé d’une des filiales marocaines du groupe français Assu 2000 qui réside au Maroc sera soumis à « un contrôle judiciaire, doublé de confiscation de son passeport et d’interdiction de quitter le territoire », précise l’avocate.

Cette nouvelle mise en examen porte à neuf le nombre de personnes -trois Français et six Marocains dont deux femmes- présumées impliquées dans cette affaire enclenchée à la suite de plaintes d’anciennes employées du groupe de courtage Assu 2000 (rebaptisé Vilavi) à Tanger.

Six d’entre elles sont ainsi en état de détention provisoire et trois autres laissées en liberté.

Elles sont accusées de « traite humaine », « harcèlement sexuel », « attentat à la pudeur » et « violences verbales et morales ».

Des faits présumés entre 2018 et avril 2022

Tous ont été auditionnés ce mercredi par le juge d’instruction qui a fixé une nouvelle audition au 6 octobre, selon Me El Guella.

Les faits présumés se sont produits entre 2018 et avril 2022 dans des succursales marocaines du géant français du courtage à Tanger.

Au total, sept plaintes ont été déposées contre Jacques Bouthier et des cadres de sa société.

Plusieurs plaignantes ont déjà fait état de harcèlement sexuel systématique, de menaces et d’intimidations au sein d’Assu 2000 à Tanger, et ce dans un climat de précarité sociale.

Des confessions rares au Maroc où les victimes d’abus sexuels restent souvent stigmatisées par la société.

Âgé de 75 ans, l’homme d’affaires, une des grandes fortunes de France, a été mis en examen le 21 mai à Paris avec cinq autres personnes, notamment pour traite d’êtres humains et viols sur mineure.

Il est aussi poursuivi pour association de malfaiteurs en vue de commettre le crime d’enlèvement et séquestration en bande organisée, ainsi que détention d’images pédopornographiques.

À voir également sur Le HuffPost : Après le choc, le Maroc enterre le petit Rayan

Vous ne pouvez visionner ce contenu car vous avez refusé les cookies associés aux contenus issus de tiers. Si vous souhaitez visionner ce contenu, vous pouvez modifier vos choix.

Lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles