Affaire Damien Abad : des signalements à Matignon qui interrogent

Damien Abad avait fait l'objet de signalements auprès de cadres de la majorité dans la semaine qui a précédé sa nomination.
Damien Abad avait fait l'objet de signalements auprès de cadres de la majorité dans la semaine qui a précédé sa nomination.

Tout juste formé et déjà sous pression : le gouvernement français s'en est remis à la justice lundi pour « trancher » le cas d'un ministre accusé de viols, une affaire embarrassante pour le président Emmanuel Macron qui a promis la « tolérance zéro » en matière de violences faites aux femmes. Le ministre Damien Abad, chargé des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées, est accusé par deux femmes de viols en 2010 et 2011, des allégations qu'il récuse. « Je n'ai jamais violé une seule femme de ma vie », a-t-il déclaré lundi soir à la presse, disant « contester ces accusations d'agressions sexuelles avec une grande fermeté ».

Le ministre, lui-même handicapé, a encore écarté toute idée de démission. Deux plaintes pour viol ont déjà été classées, mais la justice dit analyser un nouveau signalement. Interrogée à l'issue d'une réunion du gouvernement lundi matin, la nouvelle porte-parole, Olivia Grégoire, a fait valoir la politique de « tolérance zéro pour les délinquants sexuels » du président Macron, mais laissé à la justice le soin de trancher cette affaire, malgré des appels à la démission venant de l'opposition de gauche.

À LIRE AUSSIDans les secrets du gouvernement Borne

La nouvelle Première ministre Élisabeth Borne, qui s'est entretenue avec Damien Abad dimanche soir selon la porte-parole, a déclaré n'avoir appris ces allégations que samedi dans un article du média en ligne Mediapart, qui a révélé l'affaire. La Première ministre a assuré ne [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles