Publicité

Affaire des assistants d'eurodéputés du FN : Marine Le Pen jugée à partir du 30 septembre

L'ancienne présidente du Rassemblement national, son père Jean-Marie Le Pen, le Rassemblement national et sa direction des années 2010 sont soupçonnés de détournement de fonds européens.

Marine Le Pen, son père Jean-Marie Le Pen, le RN et la direction du parti des années 2010, soupçonnés de détournement de fonds européens, seront jugés du 30 septembre au 27 novembre par le tribunal correctionnel de Paris, a annoncé mercredi cette juridiction.

Marine Le Pen et 26 autres personnes ainsi que le Rassemblement national en tant que personne morale sont soupçonnés d'avoir mis en place entre 2004 et 2016 un système de rémunération par l'Union européenne des assistants d'eurodéputés qui travaillaient en réalité pour le parti.

Jean-Marie Le Pen pas en mesure de comparaître

Marine Le Pen, qui a toujours contesté ces accusations, sera jugée pour détournement de fonds publics et complicité.

Le tribunal décidera le 3 juillet, après l'avis d'experts, si Jean-Marie Le Pen, 95 ans, est en état de préparer sa défense et d'assister au procès.

"M. Le Pen ne peut plus se déplacer et ses facultés sont considérablement altérées", a indiqué au tribunal son avocat, Me François Wagner.

Le fondateur du Front national est comme sa fille poursuivi pour détournement de fonds publics et complicité.

Si les experts estiment que Jean-Marie Le Pen n'est pas en mesure de comparaître, il devrait être représenté par sa fille Marie-Caroline Le Pen, présente à l'audience mercredi.

Louis Aliot, Nicolas Bay et Julien Odoul parmi les prévenus

Les audiences se dérouleront, trois après-midi par semaine, du lundi au mercredi, a précisé la présidente de la 11e chambre.

Parmi les autres prévenus figurent le maire de Perpignan Louis Aliot, l'ex-numéro 2 du parti Bruno Gollnisch, le vice-président exécutif de Reconquête! Nicolas Bay, l'ex-trésorier du FN Wallerand de Saint-Just ou encore le député et porte-parole du RN Julien Odoul.

Au total, ce sont 11 personnes ayant été élues eurodéputés sur des listes Front national (rebaptisé RN depuis), 12 autres ayant été leurs assistants parlementaires, ainsi que quatre collaborateurs du parti qui doivent être jugés.

L'enquête a débuté en mars 2015, lorsque le Parlement européen a annoncé avoir saisi l'office anti-fraude de l'UE d'éventuelles irrégularités commises par le Front national concernant des salaires versés à des assistants parlementaires.

Les investigations ont ensuite été confiées fin 2016 à deux juges d'instruction financiers parisiens. Marine Le Pen a été mise en examen en juin 2017 pour "abus de confiance" et "complicité", des poursuites requalifiées plus tard en "détournement de fonds publics".

Un préjudice évalué à 6,8 millions d'euros pour le Parlement européen

Les magistrats soupçonnent le RN d'avoir "de manière concertée et délibérée" mis en place un "système de détournement" des enveloppes (21.000 euros mensuels) allouées par l'Union européenne à chaque député pour rémunérer des assistants parlementaires.

Ces derniers auraient travaillé en réalité tout ou partie pour le RN, lui permettant ainsi des économies substantielles de salaires.

Le Parlement européen, partie civile, avait évalué en 2018 son préjudice à 6,8 millions d'euros pour les années 2009 à 2017.

Article original publié sur BFMTV.com