Accusé de viols et d’agressions sexuelles, un magnétiseur aux Assises

Joël Merland, 76 ans, est accusé d’avoir violé et agressé sexuellement plus de 15 femmes lors de ses séances de magnétisme. Son procès aux assises se tient depuis lundi 12 septembre à Périgueux. (Getty Images)

Joël Merland, 76 ans, est accusé d’avoir violé et agressé sexuellement 16 femmes lors de ses séances de magnétisme. Son procès aux Assises se tient depuis le 12 septembre à Périgueux (Dordogne).

L’homme ne faisait pas payer ses consultations, il faisait partager son "don découvert à l’âge de 12 ans". De toute la France venait des hommes et des femmes à son domicile à Tonnay-Boutonne, en Charente-Maritime. Tout change en 2018 lorsqu’une femme handicapée porte plainte pour agression sexuelle. Le magnétiseur lui aurait massé la poitrine puis le sexe "pour l’énergie" selon ses dires rapportés par Sud Ouest.

L’affaire aurait dû être jugée à Saintes mais la magistrate désignée a dû se retirer de l'affaire car elle-même avait été cliente et s’est dite victime du septuagénaire. L’affaire a ainsi été dépaysée à Périgueux, en Dordogne, et aurait pu en rester là mais une enquête de Sud-Ouest en août 2020 va provoquer une nouvelle onde de choc. Quinze nouvelles victimes vont alors se faire connaître auprès de la police et de la gendarmerie.

"Un pervers, un charlatan"

Un certain mode opératoire se dégagerait des pratiques de Joël Merland avec certains profils types : "Il n’agressait jamais lors de la première séance, puis il s’en prenait toujours à des femmes en état de faiblesse, de par leur état de santé ou leur âge. Et je pense que toutes les victimes ne se sont pas manifestées…", regrette l’avocate Stéphanie Bourdeix, qui représente quatre victimes.

Joël Merland clame son innocence et s’il reconnaît quelques fois avoir touché des parties intimes, c’était sans avoir eu "l’intention de commettre des actes répréhensibles", défend son avocat, Matthieu Coutand. Reste que Joël Merland a déjà été mis en cause en 2008 pour des attouchements sur sa petite-fille. Si l’affaire avait été classée sans suite, plusieurs de ses enfants l’ont décrit comme "un pervers, un charlatan" et "un obsédé sexuel".

VIDÉO - Nicolas Hulot accusé de viol sur une mineure : la justice a tranché