Aéroport de Nantes : Valls pointe des "professionnels" de la violence

Le ton monte entre le gouvernement et le camp écologiste opposé au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé, vendredi 23 novembre, sur Europe 1 que, parmi les manifestants, se trouvaient "des professionnels" de l'action violente après la grande opération d'expulsion lancée vendredi matin.

Les opposants au projet "ne sont pas des écolos. Il y a des individus, des squatteurs, parfois qui viennent d'autres pays européens, qu'on connaît, qui sont des professionnels de ce type de manifestation", a déclaré le ministre.

"Je ne peux pas laisser s'installer une véritable base arrière dont le seul objectif est de mener des actions de violence", a-t-il affirmé, ajoutant que son "objectif et celui du gouvernement c'est de faire respecter, comme dans tout pays démocratique, les décisions de justice".

Valls ne veut pas "laisser un kyste s'organiser"

"Il est hors de question de laisser un kyste s'organiser, se mettre en place, de façon durable, avec la volonté de nuire avec des moyens parfois dangereux (...). Nous mettrons tout en oeuvre pour que la loi soit respectée (...) pour que les travaux puissent avoir lieu", a affirmé le ministre de l'Intérieur lors d'un déplacement à Lorient aux côtés du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

"Force doit revenir à la loi. L'Etat de droit c'est le respect de l'opinion de chacun. L'Etat de droit ce n'est pas l'état de faiblesse, l'Etat de droit c'est le respect des décisions de justice", a-t-il martelé lors d'une conférence de presse.



Retrouvez cet article sur Le Nouvel Observateur

Aéroport de Nantes : Valls pointe des "professionnels" de la violence
Notre-Dame-des-Landes : "La répression à la sauce socialiste"
VIDEO. La "protest song" pour Notre-Dame-des-Landes
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.