79% des femmes ignorent que ce symptôme anodin peut cacher un cancer de l'ovaire

Chaque année, plus de 5 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)

D’après un sondage réalisé par une association caritative, plus des trois quarts des femmes ignoraient que les ballonnements pouvaient être un signe de la maladie.

L’Institut national du cancer place le cancer de l’ovaire à la 8ème place des cancers les plus fréquents des femmes. Chaque année, plus de 5 000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. Le cancer de l’ovaire provoque peu de symptômes.

Une association caritative a mis en garde les femmes sur la présence de certains symptômes. En effet, les trois-quarts des femmes ne savent pas que les ballonnements sont un signe clé du cancer de l'ovaire. Un sondage a été mené auprès de 1 000 femmes. Il a révélé que 79% des sondées ne savaient pas que les ballonnements étaient un symptôme. De plus, elles étaient 78% à ignorer que la douleur abdominale était aussi un signe de la maladie et 97% ignoraient que de se sentir rassasié pouvait en être un autre.

"Ces chiffres sont incroyablement décevants. Connaître les symptômes est crucial pour tout le monde. Nous devons faire des campagnes soutenues et à grande échelle sur les symptômes soutenus par le gouvernement une réalité", recommande Annwen Jones, directrice générale de Target Ovarian Cancer. Avant d’ajouter : "Le progrès est possible. Si nous faisons cela, moins de personnes seront diagnostiquées tardivement, moins auront besoin d'un traitement invasif et, en fin de compte, moins mourront inutilement du cancer de l'ovaire".

Douleurs pelviennes et troubles du transit

L’Institut national du cancer liste certains signes qui peuvent interpeller les patientes : détecter une masse ovarienne lors d’un suivi gynécologique, des douleurs abdominales pelviennes, une augmentation anormale du volume de l’abdomen, des saignements, des troubles du transit, de faux besoins d’aller à la selle ou encore des envies très fréquentes ou pressantes d’uriner, etc. Concernant ce dernier symptôme, le sondage dévoile que 99% des femmes ne savaient pas que le besoin d'uriner de manière plus urgente pouvait être un signe de la maladie.

Concernant le dépistage, 40% des femmes croyaient que le cancer de l'ovaire pouvait être détecté par le dépistage du cancer du col de l'utérus. En réalité, suite à la découverte d’une masse ovarienne, plusieurs examens sont nécessaires pour confirmer le diagnostic.

VIDÉO - Dr Christian Recchia : "Le cancer du sein chez la femme, c’est 12 000 décès par an en France"