7 lunes pour la Terre, c'est théoriquement possible

NASA/Rami Daud

Une étude menée par des physiciens américains montre qu'entre trois et sept lunes pourraient théoriquement orbiter autour de la Terre, en fonction de leur masse. Une information précieuse à l'heure où l'on espère observer un jour des lunes autour d'exoplanètes rocheuses.

3, 4 et 7. Ce n’est pas le tiercé gagnant, mais le nombre de lunes que pourrait posséder la Terre, en fonction de leur masse, selon une simulation réalisée par trois physiciens américains et publiée dans the Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

De trois à 7 lunes pour la Terre

Trois lunes équivalentes à la nôtre pourraient ainsi illuminer nos nuits. Quatre lunes, c’est dans le cas de corps semblables à Pluton, un peu plus léger que notre satellite (1,3*1022 kg contre 7,36*1022 kg). Enfin pour avoir 7 astres à contempler, il faudrait qu’elles n'excèdent pas la masse de Cérès (9,5*1020 kg), une planète naine située dans la ceinture d’astéroïdes comprises entre Mars et Jupiter. Ces travaux partent du constat que notre système solaire compte près de 200 lunes, mais qu’elles sont presque toutes en orbite autour des géantes gazeuses. Jupiter en compte 80, Saturne 82 et on continue d’en découvrir... En revanche, du côté des planètes telluriques, c’est la disette : 2 pour Mars, un satellite pour la Terre, et aucun autour de Mercure et Venus…

A la recherche d'exolunes

Avec leur simulation, les chercheurs ont ainsi montré que, dans le cas de notre planète ou d’astre de masse comparable, cette rareté n’est pas due à l’impossibilité de trouver des orbites stables. Au-delà de nous donner quelques regrets sur ce que pourrait être le spectacle grandiose d’un ciel parsemé de plusieurs lunes, cette étude permettra surtout de guider les recherches d’exolunes, ces satellites en orbite autour d’exoplanètes. Pour l’instant, il n’existe que deux candidates "exolunes", Kepler-1625b-i et Kepler-1708b-i, autour d’une planète de type de Jupiter. Mais les travaux de ces trois physiciens indiquent qu’il ne sera pas vain de chercher des exolunes autour d’exoplanètes de type "Terre".

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi