Publicité

Les États-Unis vont bien durcir les normes d'émissions, mais moins sévèrement que prévu

Les normes d'émissions votées il y a quelques années étaient-elles trop sévères ? Probablement, et l'Europe a d'ailleurs récemment revu les normes Euro 7 dans ce sens, avec un léger assouplissement.

Du côté des États-Unis aussi, visiblement, les normes votées semblaient un peu trop ambitieuses, du moins à court terme.

Plus de temps pour les constructeurs

En ce 21 mars, le gouvernement américain a annoncé la finalisation de nouvelles normes sur les émissions polluantes des automobiles. Ces réglementations, qui entreront en vigueur pour les véhicules légers et moyens construits de 2027 à 2032, représentent un ajustement par rapport au projet initial, offrant plus de flexibilité aux constructeurs tout en maintenant des objectifs de réduction des émissions de CO2.
L'annonce intervient à un moment que l'on pourrait qualifier de "crucial", en pleine année électorale, où le président Joe Biden cherche à concilier le soutien de l'industrie automobile avec ses engagements climatiques. "Ces normes de pollution les plus strictes jamais adoptées pour les voitures renforcent le leadership des États-Unis dans la construction de transports propres à l'avenir", a déclaré Michael Regan, à la tête de l'agence de protection de l'environnement (EPA).
Initialement critiqué par certains défenseurs de l'environnement pour avoir cédé à la pression des industriels, le gouvernement américain justifie cette décision en accordant davantage de temps aux constructeurs pour s'adapter tout en maintenant des objectifs à long terme. Les nouvelles normes visent une réduction d'environ 50 % des émissions de CO2 d'ici 2032 par rapport à celles de 2026, selon l'EPA.

Les normes encourageront l'électrification

Ces normes révisées...Lire la suite sur Autoplus