Les États-Unis jugent "inexcusables" les propos de Viktor Orban sur le "mélange des races"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Les États-Unis jugent "inexcusables" les propos de Viktor Orban sur le "mélange des races"
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Les propos récents du Premier ministre hongrois Viktor Orban, qui a critiqué le "mélange des races" et la société "multi-ethnique", sont "inexcusables", a jugé jeudi la diplomatie américaine.

Une "rhétorique de cette nature est inexcusable" plus de "75 ans après l'Holocauste", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Ned Price, citant un communiqué de Deborah Lipstadt, représentante spéciale de Washington sur les questions d'antisémitisme.

"Un point de vue culturel, civilisationnel"

En visite en Autriche, Viktor Orban a pourtant défendu jeudi "un point de vue culturel" hongrois après son virulent discours le week-end dernier contre "le mélange des races".

"Il arrive parfois que je parle d'une manière qui peut être mal comprise, mais j'ai demandé au chancelier (autrichien Karl Nehammer) de bien vouloir placer les informations dans un contexte culturel", a-t-il déclaré à Vienne, où il effectuait une visite. "En Hongrie, ces expressions et ces phrases représentent un point de vue culturel, civilisationnel".

Le dirigeant nationaliste de 59 ans, habitué des coups d'éclat et farouchement anti-migrants, avait rejeté samedi la vision d'une société "multi-ethnique".

"Nous ne voulons pas être une race mixte", qui se mélangerait avec "des non-Européens", avait-il dit, avant de faire une apparente allusion aux chambres à gaz du régime nazi, ce qui lui avait valu de vives critiques de survivants de l'Holocauste et de la communauté juive.

Une conseillère d'Orban démissionne : "Un pur texte nazi digne de Goebbels"

Fait rare sous l'ère Orban, Zsuzsa Hegedus, une sociologue conseillant M. Orban de longue date et dont les parents ont survécu à la Shoah, a remis mardi sa démission. Elle a dénoncé "une position honteuse" et "un pur texte nazi digne de (Joseph) Goebbels", l'ancien chef de la propagande de l'Allemagne nazie.

Depuis son retour au pouvoir en 2010, Viktor Orban a transformé son pays en mettant en place des réformes "illibérales", reposant sur la "défense d'une Europe chrétienne".

Il s'en est notamment pris aux migrants arrivés d'Afrique et du Moyen-Orient et aux ONG qui leur viennent en aide, rendant plus difficile l'asile et faisant ériger des barrières aux frontières. Mais s'il avait tenu des propos similaires par le passé, il n'avait pas utilisé de la sorte le terme de "race", selon des experts.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles