Publicité

États-Unis : une femme condamnée à travailler dans un fast-food après avoir agressé une serveuse

Le juge a proposé à la mise en cause une manière inhabituelle de réduire sa peine d'emprisonnement. La victime, elle, a quitté son emploi, ne s'étant pas sentie soutenue par son employeur.

Une vidéo prise ce mardi 5 décembre et massivement été partagée sur les réseaux sociaux montre une femme crier sur une employée d'un fast-food de l'Ohio, aux États-Unis, avant de lui jeter sa nourriture au visage, rapportent plusieurs médias.

Jugée en comparution immédiate, Rosemary Hayne, 39 ans, a été condamnée à travailler deux mois dans la restauration rapide.

"Voulez-vous vous mettre à la place de (l'employée) pendant deux mois et apprendre comment les gens doivent traiter les autres ou voulez-vous purger votre peine de prison?", a demandé le juge dans des propos rapportés par CBSNews.

Rosemary Hayne avait été initialement condamnée à 180 jours de prison, dont 90 avec sursis. En acceptant l'offre du juge, elle a réduit sa peine de 60 jours en travaillant 20 heures par semaine dans un fast-food durant deux mois.

Lui enseigner "le sens de l'empathie"

"Je me suis dit: 'Pourquoi les contribuables de la ville devraient-ils payer pour elle et la nourrir pendant 90 jours en prison si je peux lui enseigner le sens de l'empathie?'", a affirmé à la chaîne locale Fox WJW le juge Timothy Gilligan.

L'incident, partagé en vidéo sur les réseaux sociaux, est rapidement devenu viral. Au tribunal, Rosemary Hayne a expliqué son geste en affirmant que l'aspect de sa nourriture était "dégoûtant" et qu'elle avait eu une mauvaise journée.

"Je parie que vous ne serez pas satisfaite de la nourriture que vous aurez en prison", a ironisé le juge.

La victime a quitté son emploi

De son côté, la victime, âgée de 26 ans, a raconté auprès du Washington Post qu'elle était intervenue pour aider un employé de 17 ans qui se faisait crier dessus par Rosemary Hayne. La nourriture jetée était chaude et lui a brûlé le visage, a-t-elle par ailleurs expliqué.

"Je me dis qu'elle a de la chance de travailler 20 heures par semaine, alors que je travaillais 65 heures par semaine", a-t-elle confié à CBSNews.

"J'ai dû travailler avec de la nourriture sur le visage et dans les cheveux pendant les quatre heures qui ont suivi, car personne n'a été envoyé pour me remplacer", a déclaré Emily Russell.

Devant le tribunal, la jeune femme a déclaré qu'elle avait quitté son emploi dans ce fast-food, notamment car elle ne s'était pas sentie soutenue après l'incident.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Une employée de fast-food ouvre le feu pour une histoire de frites