Publicité

États-Unis: une femme à la grossesse très risquée autorisée à avorter par un juge au Texas

États-Unis: une femme à la grossesse très risquée autorisée à avorter par un juge au Texas

Une juge de l'Etat américain du Texas, où les IVG sont interdites sauf très rares exceptions, a décidé ce jeudi 7 décembre d'autoriser à avorter une femme dont la grossesse pourrait selon son médecin menacer la vie et la fertilité.

Kate Cox, 31 ans, a appris la semaine dernière que son foetus était atteint de trisomie 18 et réclame de pouvoir avorter. Lors d'une audience d'urgence de moins d'une heure, la juge d'un tribunal d'Austin, Maya Guerra Gamble, a accédé à sa requête, estimant que l'idée que Kate Cox puisse perdre la possibilité de devenir de nouveau mère était "choquante".

"Ce serait une véritable erreur judiciaire", a-t-elle insisté.

Des anomalies chez le foetus

A l'été 2022, la Cour suprême des Etats-Unis a cassé son arrêt "Roe v. Wade", qui garantissait depuis un demi-siècle le droit fédéral des Américaines à interrompre leur grossesse.

Le Texas a interdit toutes les IVG, y compris en cas d'inceste ou de viol. Seule exception: en cas de danger de mort ou de risque de grave handicap pour la mère. Mais les défenseurs du droit à l'avortement affirment que les exceptions sont trop floues et que les médecins sont terrifiés à l'idée d'être poursuivis en justice.

Des échographies ont révélé que le foetus de Kate Cox, enceinte de 20 semaines, présentait notamment des anomalies à la colonne vertébrale et à l'abdomen et que le développement de son crâne et de son coeur était anormal.

Mais en raison de la loi au Texas, Kate Cox ne peut avorter, ses médecins lui disant avoir "les mains liées" et qu'elle doit attendre que le bébé meure dans son ventre, selon la plainte déposée en son nom par l'association spécialisée Center for Reproductive Rights (Centre pour les droits reproductifs).

Article original publié sur BFMTV.com