États-Unis: Donald Trump blâme Melania Trump pour le revers républicain en Pennsylvanie

États-Unis: Donald Trump blâme Melania Trump pour le revers républicain en Pennsylvanie
Donald Trump et Melania Trump à la sortie du bureau de vote le mardi 8 novembre 2022. - Eva Marie Uzcategui
Donald Trump et Melania Trump à la sortie du bureau de vote le mardi 8 novembre 2022. - Eva Marie Uzcategui

C'est un Donald Trump "livide" et "criant après tout le monde" au lendemain des élections de mi-mandat qu'a décrit auprès d'un journaliste de CNN un conseiller de Donald Trump. Il est vrai que mercredi matin, l'ancien président milliardaire avait de quoi être en colère.

Alors que Donald Trump et de nombreux ténors républicains avaient annoncé une vague rouge lors des élections de mi-mandat organisées aux États-Unis mardi, les résultats du Grand Old Party (GOP) ont eu de quoi décevoir. Bien qu'il reste encore des doutes sur qui des démocrates ou des républicains contrôlera la Chambre des représentants et le Sénat, le camp de Donald Trump a essuyé plusieurs défaites symboliques.

Un Trump "furieux"

L'exemple de la Pennsylvanie est le plus probant. Dans cet État, natif de Joe Biden, les démocrates ont réussi à ravir aux républicains un poste de sénateur, grâce à la victoire de John Fetterman, un colosse que certains croyaient affaibli après un AVC subi en mai dernier. Il l'a emporté face au candidat trumpiste Mehmet Oz, un médecin connu pour ses interventions télévisées.

La défaite est d'autant plus amère qu'elle était vue comme stratégique pour les républicains, et ouvre désormais la voie au maintien d'une majorité démocrate au Sénat. Selon la journaliste du New York Times Maggie Haberman, réputée pour ses accès auprès du clan Trump et auteur d'un livre sur le milliardaire, le 44e président des États-Unis aurait reproché à Melania Trump ses mauvais conseils.

"Trump est en effet furieux ce matin, en particulier concernant Mehmet Oz, et il accuse tous ceux qui lui ont conseillé de le soutenir, y compris sa femme, disant que ce n'était pas sa meilleure décision, selon des personnes qui lui sont proches", a tweeté la journaliste mercredi.

Durant la primaire pour désigner le candidat républicain lors des sénatoriales de Pennsylvanie, Donald Trump s'était montré plus qu'enthousiaste à propos de Mehmet Oz, allant jusqu'à attaquer frontalement le second candidat républicain qui souhaitait se présenter, David McCormick. L'ancien président avait décrit ce dernier comme un "républicain libéral de Wall Street", qui "voulait à tout prix mon soutien, mais je n'ai pas pu lui donner".

L'option DeSantis?

Toujours selon Maggie Haberman, certains membres du parti républicain demanderaient actuellement à Donald Trump de reporter sa possible annonce de candidature pour l'élection présidentielle de 2024. Lundi, avant les élections de mi-mandat, Donald Trump avait promis "une très grande annonce le 15 novembre prochain".

"Il y a des personnes qui poussent actuellement Trump a reporter son annonce de la semaine prochaine, et plusieurs républicains lui ont déjà envoyé un sms, lui demandant s'il allait le faire", a continué sur Twitter Maggie Haberman.

Dans les rangs des républicains, après la déception des élections de mi-mandat, les interrogations grandissent pour savoir si l'option Trump est viable pour 2024. Les regards se tournent désormais du côté de la Floride, où le gouverneur Ron DeSantis a été réélu haut la main. Il est jugé comme l'adversaire républicain le plus crédible face Donald Trump.

Face aux caméras, Donald Trump n'a en tout cas rien laissé transparaître de son mécontentement. Dans une interview accordée à la chaîne NewsNation mardi, il a déclaré à propos des candidats qu'il avait soutenus: "s'ils gagnent, je devrais en recevoir tout le mérite. S'ils perdent, je ne devrais pas en être tenu responsable".

Article original publié sur BFMTV.com