Ils étaient 10 - (M6) Romane Bohringer : "Les scènes avec mon père ont été les plus difficiles à tourner"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Avez-vous aimé jouer Victoria, cette femme qui s’enfonce dans la folie ?

Romane Bohringer : Le récit d’aventure, ces personnages qui perdent pied, c’est ce qui m’a donné envie de faire la série au départ. Il y a quelque chose de très enfantin dans le fait de jouer à se faire peur. L’horreur est un genre relativement absent du paysage français, alors c’est hyper excitant de s’y frotter quand on en a l’occasion !

Vous n’avez donc pas hésité longtemps avant de dire oui ?

Ce n’est pas tant le rôle qui m’a attirée, mais tout le reste : le réalisateur, Pascal Laugier, qui est un vrai mordu de cinéma et qui avait une ambition très forte pour ce projet. Mais aussi la richesse de la distribution, avec des générations et des univers différents : Nassim Lyes, Isabelle Candelier, Samuel Le Bihan…

À lire également

Ils étaient dix (M6) Samuel Le Bihan revisite Agatha Christie : "Je savais que mon personnage faisait référence au général MacArthur"

Connaissiez-vous déjà certains de vos partenaires ?

Je connaissais Marianne Denicourt et Guillaume de Tonquédec, et un peu Patrick Mille. C’était assez fou d’être, tous les jours, une dizaine de comédiens... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles