Éruption volcanique en Islande: plusieurs habitations touchées par la lave

Éruption volcanique en Islande: plusieurs habitations touchées par la lave

"La lave est telle qu'elle brûle tout sur son passage", affirme Benedikt Halldórsson, expert en activité sismique au Bureau météorologique islandais auprès du média local RÚV.

Des traînées de lave, observables sur le direct de la télévision publique, bordent le port de pêche de Grindavik, dans le sud-ouest de l'Islande, après une éruption volcanique qui a poussé les autorités à placer l'île en état d'urgence. La lave orange vif qui jaillit du sol noircit par les cendres a même atteint plusieurs habitations, désormais en feu.

"Elles ne résistent pas à ce niveau, les maisons ne sont pas conçues pour tenir ainsi. Vous pouvez vous attendre à ce que les murs cèdent sous la charge et la chaleur à l'intérieur", précise Benedikt Halldórsson au média islandais.

Heureusement, ces maisons sont vides car la ville a été évacuée pendant la nuit. Un événement anticipé grâce à la présence de petits tremblements de terre successifs. L'évacuation effectuée en urgence n'a toutefois pas permis aux résidents d'emporter leurs biens personnels.

Alors que l'éruption, qui a débuté vers 8h au nord de Grindavik avec l'ouverture d'une première fissure, semblait se stabiliser en fin de matinée, une deuxième fissure a été repérée vers le milieu de journée à seulement quelques dizaines de mètres de la ville.

Une situation inquiétante

Pour le maire de Grindavik, Fannar Jónasson, la nouvelle fissure "crée une nouvelle situation" mais "on ne peut rien faire", a-t-il dit à RÚV, jugeant la situation inquiétante.

Des murs défensifs ont été conçus pour contrôler la coulée de lave et le Comité ministériel de coordination se réunira aujourd'hui à 17h (heure locale).

Il s'agit de la cinquième éruption volcanique en Islande en près de trois ans, la précédente avait eu lieu dans la soirée du 18 décembre dans ce même secteur, situé à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale Reykjavik.

Grindavik, une petite ville de 4.000 habitants, avait été évacuée le 11 novembre par mesure de précaution après des centaines de séismes provoqués par le déplacement du magma sous la croûte terrestre - signe précurseur d'une éruption volcanique.

Trente-trois systèmes volcaniques sont considérés comme actifs dans ce pays de feu et de glace, région la plus volcanique d'Europe.

Article original publié sur BFMTV.com