Publicité

Élisabeth Borne sermonnée à l'Assemblée pour vapotage deux jours après le plan contre le tabac

Une séquence qui fait mauvais effet pour la Première ministre. En plein débat sur la motion de censure déposée par La France insoumise, la députée Caroline Fiat l'a publiquement interpellée à la tribune de l'Assemblée nationale, lui demandant de cesser de vapoter.

"Madame la Première ministre, sincèrement. Alors que le ministre de la Santé a annoncé pour des raisons de santé publique qu'il ne fallait plus fumer sur les plages, aux abords des bâtiments publics...", s'est agacée l'insoumise ce mercredi soir.

"On n'est pas au-dessus de la loi"

Aurélien Rousseau a présenté mardi un vaste plan de lutte contre le tabagisme. Au menu: la hausse du prix de paquet de cigarettes qui va passer à 12 euros en 2025 mais également l'interdiction de fumer sur les plages, dans les parcs, les forêts et aux abords de lieux publics comme les lycées ou les hôpitaux.

"Le sans tabac sera désormais la norme", a encore martelé le ministre de la Santé. Autant dire que la Première ministre qui vapote dans l'Assemblée semble loin de cette démarche. Il est par ailleurs interdit de fumer dans les locaux du Palais-Bourbon comme dans tous les lieux publics depuis 2007.

"Sincèrement, ici nous écrivons la loi. On n'est pas au-dessus des lois. Vapoter dans cette enceinte pendant que je suis en train de vous parler, c'est un mépris total. Et pour rappel, c'est pas bon pour la santé", a encore tancé Caroline Fiat en s'adressant à Élisabeth Borne.

Loin d'être une première

Ce n'est pas la première fois que la Première ministre est prise sur le fait. La locataire de Matignon avait déjà été épinglée en novembre 2022 en train de vapoter devant des jeunes lors d'un "Conseil des ministres des enfants".

Quelques mois plus tôt, elle avait encore été aperçue en train de fumer sous son masque à l'Assemblée nationale en pleine séance des questions au gouvernement. Rebelote encore en juin dernier. "Le fait de vapoter dans un lieu à usage collectif est puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 150 euros", précise la loi.

Article original publié sur BFMTV.com