À quoi va ressembler Noël cette année? Les réponses aux questions que vous vous posez

Clarisse Martin et Roselyne Dubois
·6 min de lecture
Une décoration de Noël (illustration) - Frederik Florin - AFP
Une décoration de Noël (illustration) - Frederik Florin - AFP

53% des Français, soit un peu plus d'un Français sur deux, envisagent de ne pas passer Noël en famille par crainte des contaminations au Covid-19, selon un récent sondage réalisé par OpinionWay pour Proximis. Sera-t-on encore confiné à ce moment-là? Pour l'heure, nul ne le sait, mais une chose est certaine: les fêtes de fin d'années de 2020 devraient être inédites à plusieurs égards.

Dimanche sur France Inter, le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a indiqué vouloir "ardemment" que le confinement soit levé d'ici la fin de l'année afin de permettre aux Français de passer les fêtes avec leurs proches, mais il s'est refusé à tout "pronostic" sur ce sujet. Lors d'une conférence de presse donnée jeudi soir, Jean Castex n'a pas prononcé le terme de "déconfinement" mais s'est borné à parler d'"allégement".

BFMTV fait le point sur ce que l'on sait à ce stade, et ce qui reste encore en suspens. Pour poser une question à nos équipes, vous pouvez nous écrire par mail à l'adresse BFMTVetvous@bfmtv.fr ou nous solliciter sur Twitter avec le hashtag #questionBFMTV.

· Pourrais-je me déplacer pour rejoindre ma famille?

"Notre objectif est de pouvoir permettre un nouvel allègement au moment des vacances de Noël afin que les Français puissent passer des fêtes de fin d'année en famille", a déclaré le Premier ministre Jean Castex jeudi lors d'une conférence de presse.

Le chef du gouvernement a toutefois précisé que ces fêtes de fin d'année "ne pourront pas se tenir de la même manière que d'habitude".

Au-delà du 1er décembre, une attestation sera toujours nécessaire pour se déplacer, a indiqué Jean Castex, mais le sera-t-elle encore pour les vacances de Noël? La question n'a pas été tranchée et la réponse dépendra certainement de la situation épidémique.

· Peut-on réserver des billets de train?

Il n'est pas possible de savoir si l'on pourra voyager pour rejoindre sa famille, mais en revanche, il est d'ores et déjà possible de réserver des billets de train. Les ventes pour Noël sont ouvertes depuis plusieurs semaines et quoi qu'il en soit, les billets sont 100% remboursables si d'aventure la situation épidémique ne permettait pas de rejoindre ses proches dans une autre région.

Interrogé sur la possibilité de déplacements jeudi, Jean Castex a botté en touche, estimant qu'il était "encore un peu tôt pour répondre à cette question". "Le gouvernement s’est renseigné auprès de la SNCF pour savoir à partir de quand il serait trop tard, donc en sens inverse, nous avons encore un peu de temps devant nous, mais très vite, en fonction des données sanitaires, nous pourrons apporter une réponse claire à cette question, pour que les Français puissent s’organiser dans des délais raisonnables", a répondu le Premier ministre.

· Y aura-t-il une limite pour les convives?

Nombreuses, recomposées... Au sein de beaucoup de familles, Noël rime avec grandes tablées. Cette année, les habitudes risquent d'être un peu perturbées.

"On pourra bien sûr se retrouver avec les siens, mais il ne serait pas raisonnable d'espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre", s'est borné à dire Jean Castex jeudi soir, sans plus de précisions à ce stade.

Le 14 octobre, Emmanuel Macron, avait indiqué, qu'on ne pouvait être plus de six à table au restaurant, et avait poursuivi, au sujet de la sphère privée: "On essaie, quand on invite des amis, de ne pas être plus de six à table, et on essaie de ne pas se regrouper à plus de six". Le fait de "limiter au maximum ses contacts sociaux", avec cette limite de six, a même depuis intégré la liste des gestes barrières.

Le respect de la consigne donnée par le président de la République reposait sur le civisme et la bonne volonté de la population. Il paraît donc compliqué d'imposer juridiquement un nombre restreint de convives. Ce chiffre - emprunté aux consignes des autorités britanniques - ne repose d'ailleurs sur aucune donnée scientifique, soulignait ce vendredi matin Alain Ducardonnet sur notre antenne, médecin-consultant de BFMTV.

"L'idée, c'est de garder une traçabilité", résume-t-il. "À partir du moment où vous savez avec qui vous êtes, vous pouvez avoir l'information que quelqu'un est positif, c'est ça qui est important."

· Les chrétiens pourront-ils aller à la messe de Noël?

Pour l'heure, les célébrations religieuses sont interdites avec un large public en raison du nouveau confinement de la population. Une décision gouvernementale confirmée par le Conseil d'État, malgré la demande d'associations ou de représentants des cultes, comme la Conférence des évêques de France.

"Des efforts collectifs sont nécessaires si nous voulons avoir une chance de célébrer Noël de manière digne, sans qu’une inquiétude exagérée pèse sur nos soignants mobilisés dans les hôpitaux et toutes les structures qui œuvrent pour la santé publique", a réagi Mgr Éric de Moulins-Beaufort, président de cette instance, après la décision du Conseil d'État. "Mais il est demandé aux pouvoirs publics d’organiser une concertation avec les cultes: nous nous y préparerons sans délai, avec le ferme espoir de trouver un protocole satisfaisant."

À ce jour cependant, l'exécutif n'a pour autant rien dit concentrant les célébérations religieuses à Noël, qui, si elle est largement passée dans les moeurs de tout un chacun, est à l'origine une importante fête chrétienne.

· Est-ce qu'on pourra acheter ses cadeaux dans les magasins?

Actuellement, seuls les commerces dits "essentiels" sont accessibles pour faire ses courses de première nécessité. La période des fêtes de fin d'année est traditionnellement une période où les achats battent leur plein, cruciale pour les commerçants et spécialement les plus petits d'entre eux.

Jeudi soir, le Premier ministre a indiqué que la réouverture des commerces fermés n'était pour l'heure pas envisagée mais que si et seulement si la décrue des contaminations se confirmait, des "premières mesures d'allègement pourraient intervenir à compter du 1er décembre", en restant "strictement limitées aux commerces que nous avons dû fermer à compter du confinement".

Une réouverture qui, si elle est effective, sera couplée à de nombreuses précautions sanitaires: "Leur réouverture ne pourrait s'envisager que sur la base d'un protocole renforcé", a souligné Jean Castex.

· Peut-on réserver un hôtel ou un restaurant?

Actuellement les hôtels peuvent ouvrir, même s'ils fonctionnent au ralenti, et il est possible d'effectuer des réservations pour Noël. En revanche, rien ne garantit qu'il sera possible de se déplacer jusqu'à l'hôtel en question, comme nous l'évoquions précédemment, du fait de l'incertitude qui perdure quant aux possibilités de se déplacer à la fin de l'année. Les annulations sont cependant censées être facilitées.

Pour les restaurants, rien n'est encore annoncé pour la période des fêtes de fin d'année. Une chose est sûre, a précisé Jean Castex jeudi, ils ne seront pas concernés, à l'instar des bars et salles de sport, par les éventuelles mesures d'allégement envisagées pour certains commerces à compter du 1er décembre.

Pour ce qui est des loisirs et plus spécialement de la culture, on ignore encore à ce stade s'il sera possible de se rendre au cinéma ou d'aller voir un spectacle.

· Pourra-t-on partir à l'étranger?

À l'heure actuelle, les voyages d'agrément sont interdits. Rien n'a été annoncé quant aux règles qui seront en vigueur pour les déplacements lors des fêtes de fin d'année.

Article original publié sur BFMTV.com