À quoi sert le Forum de Paris sur la paix?

Le président français, Emmanuel Macron, a lancé ce jeudi 10 novembre à l'Élysée un
Le président français, Emmanuel Macron, a lancé ce jeudi 10 novembre à l'Élysée un

Ce jeudi soir, Emmanuel Macron a inauguré la 5e édition du Forum sur la Paix au Palais Brongniart à Paris. Il a lui-même créé cet évènement en 2018 pour relancer le multilatéralisme alors que les relations avec les États-Unis de Donald Trump étaient difficiles.

Cette année, 4000 personnes sont attendues au Palais Brongniart pour présenter 60 projets qui vont venir s'additionner aux 400 sélectionnés lors des éditions précédentes. Dès vendredi le forum accueillera les présidents de Chypre, Roumanie, Serbie, Kosovo, Libéria, Géorgie, Macédoine du nord, Argentine, les premiers ministres du Kosovo et de l'Albanie, ainsi que le chef des Serbes de Bosnie, selon une source diplomatique.

"L’universalisme au défi de la guerre"

Il s’agit ainsi, explique le site du forum, de créer une "plateforme ouverte à celles et ceux qui cherchent à développer une coordination, des règles et des compétences pour répondre aux problèmes mondiaux" dans un contexte où la "coopération internationale s’amenuise".

Cette édition présente cinq objectifs principaux :

"Éviter de laisser la guerre gagner", "réduire les fractures du monde", "offrir un espace de dialogue pour prévenir les conflits", "réformer ou consolider les institutions internationales", "mettre l’Amérique latine en avant".

Ce forum consacre également une certaine importance aux enjeux numériques comme en atteste le lancement ce jeudi par Emmanuel Macron d’un “laboratoire pour la protection de l’enfance en ligne” réunissant une série d’acteurs internationaux.

Jusqu’à samedi, des représentants d’État, des entreprises, des organisations internationales ou encore des ONG sont attendus. Ce vendredi après-midi, Emmanuel Macron participera à des échanges portant sur "l’universalisme au défi de la guerre".

Il sera accompagné d’Alberto Fernandez, président de l’Argentine, Umaro Sissoco Embaló, président de la Guinée-Bissau, Edi Rama, Premier ministre d’Albanie ou encore de David Beasley, directeur exécutif du programme alimentaire mondial (PAM) et Prix Nobel de la Paix 2020.

L'événement est aussi l’occasion de mettre en place 10 projets accompagnés comme la création d’un indice d’impunité environnemental en Amérique latine ou un programme d’inclusion des femmes au Moyen-Orient. Pour Emmanuel Macron il s’agit de travailler son image de président-médiateur sur l’Ukraine comme sur de multiples autres conflits.

Une réconciliation entre la Colombie et le Vénézuela

Ainsi, le chef de l’État a également appelé jeudi le président vénézuelien Nicolas Maduro et l’opposition à reprendre “dans les plus brefs délais” les négociations pour sortir le Venezuela de la crise politique.

"Le forum pourrait être la dernière étape potentielle du processus de réconciliation venezuelo-colombien, avec le concours de la France et la présence de Vénézuéliens", a précisé à l'AFP une source diplomatique française.

Bogota et Caracas se sont engagés dans un processus de rapprochement après trois années de rupture diplomatique. Le président colombien Gustavo Petro a rencontré mardi pour la première fois son homologue vénézuélien Nicolas Maduro à Caracas, étape clef du rétablissement des relations bilatérales. Nicolas Maduro avait eu ces dernières années d'importantes tensions avec les prédécesseurs de droite de Gustavo Petro, Juan Manuel Santos et Ivan Duque, qu'il a même accusés d'avoir orchestré des plans pour l'assassiner. Cela avait conduit à la rupture des relations diplomatiques entre les deux pays en février 2019, peu après que Ivan Duque a reconnu le chef de l'opposition Juan Guaidó comme "président en fonction" du Venezuela.

Article original publié sur BFMTV.com