À Bercy, aux enchères de la Douane

© Clément Mathieu / Paris Match

Devant son pupitre, Gabriel Attal esquisse un petit sourire. Il s’est pris au jeu. Marteau dans une main, de l’autre désignant les acheteurs, le ministre du Budget relève les enchères. «25000, 26000 en salle, 27, 28 ? 28, une fois, deux fois, trois fois, adjugé!» Le commissaire-priseur d’un jour a lancé la vente aux enchères exceptionnelle de la Douane, organisée vendredi à Bercy, avec le lot n°1 : une Golf GT de 2020 utilisée en éclaireuse pour les «go-fast» depuis la frontière espagnole. «Un véhicule avec une histoire riche, s’amuse Gabriel Attal, une voiture de trafiquant vendue par une ministre !»

Quelque 350 lots étaient proposés lors de cette vente exceptionnelle organisée dans les locaux du ministère des Finances. Exceptionnelle d’abord par la variété des marchandises proposées : 14 lingots de platine, des pièces d’or et des poignées de diamants, des sacs Chanel ou Vuitton, un manteau Dior et de scintillantes chaussures Jimmy Choo, du matériel hi-tech, des semi-remorques et trois palettes de vodka… «Exceptionnelle aussi, souligne Gabriel Attal, par le coup de projecteur qu’elle donne ainsi à la diversité, à l’ampleur du travail des douaniers». Un joli coup de com’ en somme, mais pas seulement.

Des diamants cachés dans la doublure d'une veste

Les ventes aux enchères sont monnaie courante pour l’Etat. «En 2021, plus de 50000 biens ont été dispersés lors de 120 ventes en lignes et 4 en salles pour un chiffres d’affaires de 80 millions d’euros», détaille Anne-Marie...


Lire la suite sur ParisMatch