Publicité

Zuma, Grèce et renaissance de “Life” : les informations de la nuit

Afrique du Sud : l’ex-président Zuma exclu des élections parlementaires. L’ex-président sud-africain Jacob Zuma ne sera pas autorisé à se présenter aux élections législatives du 29 mai prochain, en vertu d’une décision rendue jeudi par la Commission électorale indépendante (IEC). L’IEC a jugé recevable l’objection à sa candidature, présentée par ses adversaires, “au motif qu’il avait été condamné à une peine de prison de 15 mois” en 2021, précise The Daily Maverick. La Constitution sud-africaine stipule qu’une personne reconnue coupable d’un délit et condamnée à douze mois ou plus de prison n’est pas éligible au Parlement, pour une durée de cinq ans après la fin de la peine. Jacob Zuma, figure historique de l’ANC, a exercé deux mandats présidentiels (2009-2018) et ne peut pas être réélu à ce poste. Mais il comptait briguer un siège au Parlement – chargé d’élire le président – sous les couleurs du petit parti radical MK, afin de jouer les trouble-fêtes et de compliquer encore la tâche de l’ANC, qui aborde ces élections en position de faiblesse. L’ex-président, encore poursuivi dans plusieurs affaires de corruption, est en effet en guerre ouverte contre sont ancien parti, dont il traite les membres de “traîtres”.

Grèce : rejet d’une motion de censure contre le gouvernement. Une motion de censure contre le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis “a été rejetée jeudi soir” par le Parlement grec, rapporte I Kathimerini. Son adoption aurait été “une énorme surprise”, les conservateurs détenant la majorité absolue au Parlement, souligne le quotidien grec. L’équipe au pouvoir était accusée par l’opposition de dissimuler les responsabilités politiques dans la collision entre un train de voyageurs et un convoi de marchandises, qui avait fait 57 morts le 28 février 2023, suscitant une vague d’indignation dans le pays. Le gouvernement a imputé le drame à une erreur humaine, mais l’opposition et une grande partie de la population mettent en cause les failles béantes dans la sécurité des chemins de fers grecs, notamment l’obsolescence des systèmes de signalisation.

[...] Lire la suite sur Courrier international