Publicité

Zona : un nouveau vaccin plus efficace recommandé en France

La Haute autorité de santé (HAS) actualise sa stratégie de vaccination contre le zona. Et recommande désormais le nouveau vaccin Shingrix (laboratoires GSK) dans deux groupes de la population : les immunodéprimés de plus de 18 ans et les adultes de plus de 65 ans. Explications.

Bonne nouvelle face au zona, cette infection virale qui cause 230.000 cas tous les ans en France et peut toucher toutes les personnes ayant contracté la varicelle dans leur enfance et surtout les plus âgés. La Haute autorité de santé (HAS) recommande désormais le nouveau vaccin Shingrix (laboratoires GSK) dans deux groupes de la population, les immunodéprimés de plus de 18 ans et les adultes de plus de 65 ans.

Le zona, un virus de la varicelle touchant surtout les plus de 65 ans

Si avant l'âge de 50 ans, l'incidence annuelle du zona est de 1 à 2 cas sur 1000 patients par an, elle est à 65 ans 4 fois supérieure (8 cas sur 1000), et 6 à 8 fois plus élevée après 75 ans.

Due à un même virus, dit varicelle zona (VVZ) qui longtemps dort dans l’organisme au niveau des ganglions et se réveille un jour au gré de l’âge d’un stress, l’éruption du zona souvent très douloureuse même une fois l’éruption terminée, est assez typique : de petites vésicules apparaissant dans un territoire bien précis du corps, à la différence de la varicelle où les vésicules sont disséminées partout, du cuir chevelu à la plante des pieds.

C\'est le virus de la varicelle (en photo) qui est responsable de l\'apparition d\'un zona.
C\'est le virus de la varicelle (en photo) qui est responsable de l\'apparition d\'un zona.

Virus du zona. Crédits : VEM / BSIP / BSIP via AFP

"La couverture vaccinale contre le zona est à ce jour en France très faible"

Or, jusqu’à présent, la stratégie de vaccination en France reposait sur le Zostavax (laboratoires MSD), un vaccin recommandé chez les 65-74 ans mais contre-indiqué chez les personnes immunodéprimées, les plus fragiles. Mais "la couverture vaccinale est à ce jour en France très faible, moins de 5%", précise le Dr Liem Binh Luong, du centre d'investigation clinique de l'hôpital Cochin (Paris) et spécialiste des questions vaccinales.

Or, depuis quelques années, un autre vaccin (Shingrix, laboratoires GSK) a été développé et avait démontré deux avantages très importants : une plus grande efficacité que son concurrent (79, 3% contre 45, 9%) et aussi une utilisation possible dans le groupe des immunodéprimés.

Un vaccin à deux doses

Face à ces no[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi