Publicité

“Znüni-Gate” : en Suisse, la pause-café matinale des politiques fait scandale

En Suisse alémanique, le “Znüni”, la pause de 9 heures, est une institution. Mais cette tradition du café-goûter matinal s’est brusquement retrouvée sur le devant de la scène, lorsque l’émission de la Schweizer Radio und Fernsehen (SRF) Kassensturz a révélé que des élus bernois se faisaient régulièrement rembourser leurs encas quotidiens.

Et ce, alors qu’ils gagnent près de 280 000 francs suisses (299 390 euros) annuellement et qu’ils bénéficient d’une indemnité forfaitaire d’environ 8 000 francs suisses (8 560 euros).

Dans la partie germanophone du pays, l’affaire a pris tellement d’ampleur que le média Watson parle de “Znüni-Gate”. “Le fait que les membres du gouvernement cantonal se fassent rembourser leurs petits encas, alors qu’ils perçoivent une rémunération élevée […] a provoqué des hochements de tête désapprobateurs”, explique le titre zurichois. De telles pratiques sont légales “mais passent très mal auprès de la population”.

Banane, bretzel beurré et petit pain

Le conseiller d’État libéral-radical Philippe Müller, notamment, est pointé du doigt. Alors que son parti vante les vertus de la responsabilité individuelle, il aurait fait la démarche de se faire rembourser un petit pain, un bretzel beurré et une banane. Sur le réseau social X, il a reconnu avoir commis “une erreur”, précisant néanmoins que les remboursements de ses Znüni dataient de 2018 et de 2019. Il estime que Kassensturz a présenté une “image trompeuse” de lui dans son reportage.

Si le sexagénaire “a été mis en avant” par l’émission économique, il n’est pas le seul à avoir fait des notes de frais controversées. Un élu du Parti socialiste se serait notamment fait rembourser des tickets de stationnement et la location d’un chapeau et d’une écharpe. Des repas au restaurant et des caisses de vin auraient également été payés avec de l’argent public. Et d’après Watson, ces révélations “ont fait réagir le monde politique”.

Selon la Radio télévision suisse (RTS), un projet de modification de la législation sur les indemnités des élus bernois a été lancé dès le 24 janvier. “Quelques jours après les révélations de la SRF sur des remboursements pour une banane ou un bretzel, l’exécutif estime qu’un seuil minimal doit être fixé.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :