Publicité

Yanis Marshall assure que « 7 à 8 victimes » sont prêtes à témoigner contre Bruno Vandelli

Yanis Marshall, ici interviewé sur BFMTV, le 20 janvier 2024.
Yanis Marshall, ici interviewé sur BFMTV, le 20 janvier 2024.

JUSTICE - Le chorégraphe Yanis Marshall, qui s’est fait connaître du grand public par son passage en tant que prof de danse à la Star Academy, a annoncé jeudi qu’il allait porter plainte contre un autre chorégraphe, Bruno Vandelli, pour agression sexuelle sur mineur.

Ce dernier, juré et chorégraphe star de l’émission Popstars dans les années 2000, est aujourd’hui âgé de 62 ans.

Ce samedi 20 janvier sur BFMTV, Yanis Marshall a donné plus de détails sur les faits qu’il reproche à son ancien professeur, avant que son avocate ne précise que la plainte portait sur des faits de « viol aggravé, agression sexuelle et corruption de mineur ».

Yanis Marshall raconte qu’il a commencé à s’entraîner avec Bruno Vandelli à partir de 14 ans. « Dans le milieu de la danse, il n’y a pas beaucoup de petits garçons. J’étais un des seuls. Et très vite, il y a eu un rapprochement de sa part », confie-t-il.

« Il y a eu une emprise sur un mineur. Cela a duré des années et c’est en fait une manipulation. Je suis devenu amoureux de lui, j’avais 14 ans et il en avait 42, l’âge de ma mère. Je le considérais comme mon père, c’était Dieu », poursuit Yanis Marshall.

Des « vrais attouchements et bien plus » seraient ensuite arrivés avant qu’il ne se sorte « de tout ça vers 16 ans ». Il confirme ce samedi sur BFMTV avoir déposé plainte « pour qu’il n’y ait plus jamais d’enfants qui subissent ça de sa part ».

« Cela se sait dans le milieu »

Yanis Marshall dénonce également le silence du milieu de la danse dans cette affaire. « C’est ça le plus traumatisant pour moi. J’ai toujours été au courant. Cela se sait dans le milieu. Juste, personne n’a jamais voulu parler », regrette-t-il. Il précise avoir reçu le témoignage de « 16 ou 17 personnes » en seulement 24 heures après sa prise de parole jeudi sur les réseaux sociaux, dont « 7 ou 8 victimes » qui seraient prêtes à témoigner.

« Cela fait plusieurs années que les faits dont j’ai été victime à l’âge de 14 ans me hantent, me détruisent, me plongent dans une véritable détresse. Cette détresse est à la fois personnelle, individuelle, mais je pense aussi aux autres victimes qui ont continué à subir des actes inadmissibles », avait affirmé jeudi Yanis Marshall sur Instagram. « Je sais que je ne suis malheureusement pas le seul dans cette situation », ajoutait-il.

Pour sa défense, Bruno Vandelli avait réagi le lendemain, estimant que la présomption d’innocence avait été « méprisée une fois encore ». « Aujourd’hui on est avocat, juge, bourreau sur des réseaux sociaux sans aucun discernement ni réel savoir, il faut se donner son moment de gloire (...) en pointant autrui », appuyait-il. Il se dit toutefois confiant en la justice et en sa « capacité de décider ».

À voir également sur Le HuffPost :

« The Voice 2024 » : Mika, Jenifer et Camille Lellouche font leur retour dans l’émission

Sur TF1, « Koh-Lanta : les chasseurs d’immunité» va mettre les nerfs des aventuriers à rude épreuve