Publicité

"Y'a pas de drogue dans l'histoire": le rappeur Laylow s'explique après son excès de vitesse

Laylow dans le clip de
Laylow dans le clip de

Placé en garde à vue samedi matin pour excès de vitesse, le rappeur Laylow a été remis en liberté dans l'après-midi. Selon le Journal du dimanche, l'artiste qui fête ses 30 ans ce dimanche, avait été interpellé à Charenton-le-Pont (Val-de-Marne) puis soumis à un test de dépistage de drogue, qui s'était révélé positif à la cocaïne,

Mais, lors de son audition, des analyses plus poussées n’ont finalement "pas caractérisées la présence de stupéfiants dans son organisme", précise une source judiciaire au JDD.

Ainsi libéré de la mesure de garde à vue dont il faisait l’objet, Laylow s'est empressé de réagir sur Instagram. En story, il explique que le test anti-drogue qu'il a réalisé aurait "beugué" et assure avoir récupéré son véhicule et son permis.

"Hier soir j'ai fait un excès de vitesse et il y a eu un test antidrogue qui a beugué. Mais il n'y a pas de souci, j'ai été remis en liberté, j'ai ma voiture, mon permis. J'ai juste perdu trois points. Y'a pas de drogue du tout dans l'histoire", affirme Laylow dans dans une première story Instagram.

Puis dans un second post, publié dimanche, le rappeur a donné davantage de précisions: "Je ne sais pas ce qui a fait qu'un premier test soit déclaré positif, les policiers disent que ça peut être un médicament que je prends pour les inflammations ou tout simplement un test défaillant."

Un nouvel album à venir

Originaire de Toulouse, Laylow a lancé sa carrière solo en 2016 avec un premier projet Mercy. À travers trois EP et deux albums - dont le dernier en date, L’Étrange Histoire de Mr. Anderson a été certifié disque d’or en seulement vingt jours - le rappeur s'est construit un univers musical futuriste qui puise ses inspirations dans le digital, les logiciels informatiques, les jeux vidéos ou encore le cinéma.

La veille de son interpellation, Laylow avait fait une apparition lors du concert du rappeur Dinos à l’Accor Arena, salle que l'artiste à lui-même remplie le 11 mars 2022. En marge des explications autour de sa remise en liberté, le rappeur a également confié sur Instagram travailler sur son prochain album.

Article original publié sur BFMTV.com