Publicité

Xavier Dupont de Ligonnès : “On avait des raisons de penser…”, la thèse du complice relancée par un ancien policier

L'affaire Xavier Dupont de Ligonnès, qui a secoué l'opinion publique française, continue de susciter des interrogations et des théories, même après des années. Dans ce contexte, le livre de Romain Puértolas, intitulé Comment j'ai retrouvé Xavier Dupont de Ligonnès, s'attaque à cette énigme avec une approche novatrice. Publié aux Éditions Albin Michel, cet ouvrage est le résultat d'un savant mélange entre fiction et réalité, offrant un regard neuf sur l'une des plus grandes affaires criminelles du pays. Puértolas, fort de son expérience en tant qu'ancien policier, propose une hypothèse audacieuse et provocatrice : la complicité du meilleur ami de Ligonnès dans sa fuite, explique RTL. En se basant sur des détails parfois négligés par l'enquête officielle, l'auteur soulève des questions cruciales. Il explore les liens entre Ligonnès et son meilleur ami, Michel, suggérant que ce dernier aurait pu jouer un rôle clé dans la préparation de la disparition. Puértolas met en lumière des indices comme les communications téléphoniques entre les deux hommes et leur proximité dans les jours précédant la disparition de Ligonnès. Ces éléments, qui semblent indiquer une planification et une coordination, offrent une nouvelle perspective sur l'affaire. L'approche de Puértolas n'est pas seulement celle d'un écrivain ; elle est empreinte de son expérience en tant que policier, lui permettant d'analyser l'affaire avec un œil critique et informé. Il (...)

Lire la suite sur Closer

“On arrête !” : Charlotte Gainsbourg fait tourner Yvan Attal en bourrique, leur mariage repoussé
Affaire Maddie McCann : quelques jours avant sa disparition… cette révélation qui fait froid dans le dos
Coiffure : cette couleur à éviter pour ne pas prendre un coup de vieux
Meurtre sauvage d’une joggeuse dans le Loiret : ADN, fétichisme, bijou… ces indices qui ont fait basculer le cold case
Cédric Jubillar aux abois ? Cette indiscrétion qui met à mal l’hypothèse du mobile financier