Publicité

Wildlife Photographer of the Year : la photo gagnante du prix du public a un double message

« Ice Bed » est la photo gagnante du concours Wildlife Photographer of the Year dans la catégorie Prix du public.
Nima Sarikhani/Wildlife Photographer of the Year. « Ice Bed » est la photo gagnante du concours Wildlife Photographer of the Year dans la catégorie Prix du public.

ENVIRONNEMENT - Elle s’appelle « Ice Bed » ou « Lit de glace » en français. Cette photo d’un ours polaire s’endormant sur un petit iceberg a remporté le prix du public du Wildlife Photographer of the Year, un concours organisé par le musée d’histoire naturelle de Londres et BBC Wildlife, ce mercredi 7 février.

L’accord de Paris était déjà un échec sur la moitié de l’année 2023

75 000 personnes dans le monde ont voté pour cette photographie, permettant d’instaurer un nouveau record pour la 59e édition de ce prestigieux concours.

Pour Douglas Gurr, directeur du musée d’histoire naturelle de Londres, cette photo « époustouflante et poignante (...) nous permet de voir la beauté et la fragilité de notre planète ». « Volontairement provocante » selon lui, elle « est un rappel brutal du lien entre l’animal et son habitat, et sert de représentation visuelle des impacts néfastes du réchauffement climatique et de la perte d’habitat pour les animaux ».

« Il est encore temps de réparer le désordre que nous avons causé »

Mais le photographe britannique à l’origine du cliché, Nima Sarikhani, espère aussi porter un message « d’espoir ».

« Bien que le changement climatique constitue le plus grand défi auquel nous sommes confrontés, j’espère que cette photographie donnera également de l’espoir. Il est encore temps de réparer le désordre que nous avons causé », a-t-il déclaré.

Il aura fallu trois jours au photographe pour trouver des ours polaires depuis son navire au large de l’archipel du Svalbard, dans l’océan Arctique. Un épais brouillard entourant les îles norvégiennes empêchait l’expédition de se dérouler correctement, du moins jusqu’à ce que Nima Sarikhani finisse par rencontrer deux ours polaires.

Il a alors décidé de les suivre pendant huit heures, jusqu’à ce que le plus jeune des deux ours finisse par vouloir se reposer. Peu avant minuit, il s’est mis à grimper sur un petit iceberg et à l’aide de ses puissantes pattes, l’a griffé pour s’y tailler un lit avant de s’endormir. C’est alors que Nima Sarikhani a immortalisé le moment avec son appareil photo.

La réduction de la surface de la banquise avec la fonte rapide des neiges dans l’Arctique représente une grave menace pour la survie des ours polaires, qui s’en servent comme d’une plateforme pour chasser leurs proies, notamment les phoques.

À voir également sur Le HuffPost :

Le climat se réchauffe tellement qu’il va falloir de nouvelles couleurs pour l’illustrer

Au Groenland, cette start-up envoie des tonnes de glace à Dubaï pour faire des glaçons à cocktails