Vulgaire et incohérente : la première pièce écrite par un robot fait un four

·1 min de lecture

La première pièce écrite par une intelligence artificielle, «IA Un robot peut-il écrire une pièce de théâtre ?» a été jouée le 26 février à Prague en hommage à la création du mot «robot» par le dramaturge tchèque Karel Čapek. Le résultat est, selon plusieurs critiques, catastrophique.

En 2016, des webbots imitant la conversation, lancés sur les réseaux sociaux, avaient rapidement sombré dans la xénophobie et le sexisme les plus crus sous l’influence de leurs interlocuteurs humains. Même cause et résultats similaires avec la première pièce de théâtre écrite par une intelligence artificielle. Produite par le centre culturel tchèque de Londres en partenariat avec le théâtre Švanda à Prague, la première a été diffusée en direct sur Internet le 26 février en langue tchèque sous-titrée en anglais. Le journal britannique The Guardian en a fait un compte-rendu affligé.

Mis en scène avec talent par Daniel Hrbek, le drame suit les tribulations existentielles d’un robot, livré à lui-même après la mort de son créateur, nommé Viktor, clin d’oeil appuyé à Viktor Frankenstein. Dans son errance, il croise plusieurs femmes «éperdues de désir» qui s’effondrent à ses pieds sous l’effet de la passion. A moins qu’elles ne soient tout simplement atterrées par les répliques : «Je voudrais que mon moi binaire ait un corps comme le tien» dit la créature à l’une avant de louer ses lèvres «chaudes comme le miel» et de lui annoncer: «Je ferai l’amour à tout ton corps».

Ce robot est un tombeur mais ses répliques tombent à plat...
Ce robot est un tombeur mais ses répliques tombent à plat...

Ce robot est un tombeur mais ses répliques tombent à plat... © Alena Hrbková / https://theaitre.com/

Quand il croise un homme, les choses ne se(...)


Lire la suite sur Paris Match