Publicité

En vue des Jeux olympiques de Paris, la RATP espère recruter plus de 5 000 personnes

Des agents de la RATP à la station de métro Châtelet-Les Halles, à Paris, le 19 janvier 2023.
STEPHANE DE SAKUTIN / AFP Des agents de la RATP à la station de métro Châtelet-Les Halles, à Paris, le 19 janvier 2023.

JO DE PARIS - La RATP ne cache pas ses ambitions en vue des Jeux olympiques de Paris. La régie parisienne prévoit de recruter 5 300 personnes cette année pour améliorer la qualité de service dans ses transports.

Depuis la pandémie, les usagers le constatent tous les jours : le retour à un niveau de service équivalent à celui de 2019 dans le métro comme le RER tarde à se concrétiser.

L’an dernier, la RATP confrontée à de grosses difficultés de service, avait présenté un programme de recrutement encore plus ambitieux de 6 600 personnes.

« Nous allons poursuivre en 2024 cet effort, évidemment dans des proportions moindres », a annoncé Jean Castex ce mardi 23 janvier, pour qui l’une des priorités sera « de continuer les recrutements sur le métro ».

La RATP prévoit notamment de recruter 120 conducteurs et 200 autres dans le cadre de la mobilité interne ainsi que 1 350 conducteurs de bus.

Les deux autres métiers les plus recherchés sont les opérateurs de maintenance, avec l’ambition d’attirer 350 recrues et les agents de stations, qui seront capitaux dans le dispositif d’accueil des Jeux olympiques.

Pour ces derniers, la RATP vise 900 recrutements, dont 600 d’ici les JO, un record. « On avait, c’est vrai, beaucoup fait d’économies sur ces postes et on s’aperçoit qu’on est sans doute allé un peu trop loin », a reconnu l’ancien Premier ministre.

« L’appareil de formation (poussé) à son maximum »

Ce plan de recrutement ambitieux conduit « l’appareil de formation à son maximum », a assuré le PDG. « On ne pourrait pas recruter davantage », a-t-il ajouté, indiquant que les formations de conducteur de métro avaient lieu y compris la nuit.

En 2023, la RATP a atteint ses objectifs de recrutement, permettant au service de s’améliorer sensiblement dans le bus et le métro après d’énormes difficultés en fin d’année 2022, sans atteindre des niveaux satisfaisants, selon Valérie Pécresse.

La présidente de l’autorité des transports Île-de-France Mobilités a demandé à la RATP de rétablir un service équivalent à l’avant-Covid pour mars, alors que cinq lignes du métro sont en dessous des 85 % de régularité aux heures de pointe.

Mais l’objectif paraît difficile à atteindre, de l’aveu même de Jean Castex. D’abord, en raison de la recrudescence des bagages abandonnés, qui provoquent de nombreuses interruptions de trafic sur tout le réseau.

Ensuite, « nous avons des lignes qui ont du matériel plus vétuste, plus ancien, sur lesquelles comme par hasard, on trouve des performances moindres », a-t-il souligné.

Il a salué les achats de nouveaux matériels décidés par IDFM, mais cette décision a été prise avec « 20 ans de retard. Et la seule chose que je ne sais pas faire, c’est remonter le temps », a lâché l’ancien Premier ministre.

À voir également sur Le HuffPost :

Châteauroux aussi se prépare à accueillir les Jeux olympiques de Paris 2024 - REPORTAGE

JO de Paris 2024 : les bouquinistes contestent en justice leur éviction en vue de la cérémonie d’ouverture