Vu de l’étranger. En France, un frileux retour à “l’anormal”

Courrier international (Paris)
1 / 2

Vu de l’étranger. En France, un frileux retour à “l’anormal”

Ce lundi 11 mai a marqué le début du déconfinement pour l’Hexagone. Les Français, pour la plupart, se sont montrés disciplinés, soulagés, mais aussi anxieux de cette nouvelle étape, s’étonne la presse étrangère.

“La France est sortie de son terrier à petits pas, sans bousculade ni précipitation”, rapporte Página 12. “55 jours, 8 semaines, et finalement on a pu trinquer entre voisins et entreprendre des promenades où les chiens eux-mêmes étaient manifestement contents de pouvoir de nouveau se renifler. Sur les bords de Seine, a défilé un festival d’hommes et de femmes libérés, souvent masqués, avec dans les yeux un mélange de surprise et de satisfaction.”

“C’est ça la vie !” a déclaré au quotidien argentin un couple qui ne s’était pas vu depuis deux mois.

Entre soulagement et inquiétude, anxiété et enthousiasme, la société a mis un pied dehors avec le sentiment d’entrer sur des sables mouvants.”

Le déconfinement de l’Hexagone, qui a commencé ce lundi 11 mai, a pour le moins été “très frileux”, constate la presse étrangère, et particulièrement à Paris d’après Le Soir. “Ni bouchons, ni foule. Seules des bourrasques [ont balayé] les avenues dans lesquelles les travailleurs, presque tous masqués, [ont zigzagué] pour éviter les passants. Sur les routes, on [a circulé] comme un dimanche matin. Les bus [n’ont transporté] pas plus d’une dizaine de passagers” et “les nouvelles pistes cyclables éphémères [n’ont pas été] prises d’assaut”.

À lire aussi: Vu de l’étranger.

[...] Retrouvez cet article sur Courrier international

À lire aussi :