Vu d’Espagne. Le destin “à la Dickens” du Portugais Éder, bourreau des Bleus en 2016

·2 min de lecture

Le 11 juillet 2016, Éder faisait la une des journaux après avoir marqué le but décisif de France-Portugal, en finale de l’Euro. Depuis, l’attaquant portugais a connu quatre ans d’exil à Moscou, et se retrouve cet été sans club. La Vanguardia raconte le destin hors norme d’un joueur dont l’histoire “n’a rien à envier à celle de David Copperfield ou d’Oliver Twist”.

La France rencontre le Portugal ce mercredi soir. De quoi rappeler quelques mauvais souvenirs aux supporters des Bleus. Souvenez-vous : nous sommes le 10 juillet 2016, en prolongations de la finale de l’Euro, à Paris. Il y a toujours 0-0. À la 109e minute de jeu, l’attaquant portugais Éder, rentré en jeu peu avant la fin du temps réglementaire, marque : 1-0. La Seleção est championne d’Europe.

Qu’est devenu l’auteur de ce but décisif ? Éder, de son nom complet Éderzito António Macedo Lopes, jouait alors à Lille. Depuis, il n’a guère fait d’étincelles, raconte La Vanguardia. Si vous souhaitez prendre de ses nouvelles, pas la peine “d’allumer votre téléviseur ou d’aller au stade, car il ne participe pas au tournoi”, précise le journal espagnol. Il n’a en effet pas été appelé en sélection depuis 2018, et se retrouve aujourd’hui sans club, à l’âge de 33 ans.

À lire aussi: France-Portugal. La finale de l’Euro 2016 à la une de la presse étrangère

Après le triomphe de l’Euro 2016, Éder était retourné jouer à Lille, mais le championnat de France s’était révélé bien peu accueillant :

Les supporters des équipes rivales me rappelaient ce but, ils m’insultaient. C’est une étape à oublier.”

À l’été 2017, Éder part enfiler le maillot du Lokomotiv de Moscou, l’un des clubs phare du

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles