Vu d’Espagne. Défense européenne : Bruxelles n’est plus un agneau !

·1 min de lecture

Dans un monde toujours plus hostile, l’Europe des 27 adopte des politiques et un discours de plus en plus belliqueux, analyse ce quotidien espagnol.

En février 2020, la menace d’une crise migratoire avec la Turquie a amené l’Union européenne à serrer les rangs avec la Grèce. Et le soutien de Bruxelles s’est alors traduit par la visite à la frontière des trois principaux dirigeants du club communautaire : le président du Conseil européen, Charles Michel ; la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen ; et le président du Parlement européen, David Sassoli.

Environ un an et demi plus tard, une crise analogue a entraîné la présence en Lituanie et en Lettonie, les 4 et 5 décembre, de la présidente de la Commission, accompagnée du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. “Notre message est très clair : l’UE et l’Otan travaillent main dans la main pour contrecarrer ce type d’attaques hybrides”, a souligné von der Leyen lors d’une conférence de presse à Riga.

À lire aussi: Analyse. Europe, si tu veux être digne de l’Otan, il va falloir muscler ton jeu !

La responsable politique allemande n’a pas mâché ses mots pour qualifier l’attitude du président biélorusse, Alexandre Loukachenko. La

[...] Lire la suite sur Courrier international

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles