Vu d’Allemagne. Contre la mode jetable, “aucun pays n’est allé aussi loin que la France”

Süddeutsche Zeitung (Munich)
·1 min de lecture

Fin janvier, le Parlement français adoptait un projet de loi contre le gaspillage. Selon ce quotidien allemand, son impact devrait se faire particulièrement ressentir dans l’industrie textile, où quantité de produits invendus sont détruits.

La loi antigaspillage pour une économie circulaire, définitivement adoptée par le Parlement français le 30 janvier, se distingue par son ambition, analyse le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung. Surtout, elle devrait imposer de nouvelles normes à l’industrie textile :

Le secteur du textile sera l’un des plus fortement marqués par la loi française pour une économie circulaire.”

Depuis de nombreuses années, les habitudes de consommation en matière d’habillement ont évolué, conduisant au renouvellement accéléré des garde-robes et à une durée de vie des produits de plus en plus courte. Cet avènement de la fast fashion (mode jetable) a produit son lot d’invendus : après avoir pris place dans les rayons des boutiques, dans les magasins de déstockage et éventuellement avoir été proposés à des associations, des quantités astronomiques de vêtements ne trouvent toujours pas preneur. Leur coût de stockage conduit certaines enseignes à opter pour leur destruction pure et simple.

À lire aussi: Environnement. Le plastique, une calamité dans l’industrie de la mode

Plus de contraintes pour les fabricants ?

“La législation [française] suit ainsi une directive européenne de 2018. L’Allemagne a également transposé cette directive [dans son droit national] en renforçant en 2019 sa propre loi pour l’économie circulaire, initialement promulguée en 2012. Mais aucun pays n’est allé aussi loin que la France”, explique le quotidien munichois :

Les 130 articles du p

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :