Vu d’Allemagne. Adidas se sépare de Reebok, la fin d’un “malentendu”

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Cela faisait quinze ans que le fabricant allemand avait avalé la marque américaine pour tenter de rivaliser avec le leader mondial Nike. Mais la greffe n’a jamais pris, constatent les médias allemands.

Quinze ans plus tard, “les chemins d’Adidas et de Reebok se séparent”, constate la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Le groupe allemand fait le deuil de “son plus gros et plus mauvais investissement”, commente Die Welt. Le deuxième fabricant mondial d’articles de sport a annoncé mardi 16 février qu’il allait mettre en vente la marque américaine Reebok. “Il se débarrasse de ce qui a été son plus gros problème pendant des années”, estime la Süddeutsche Zeitung.

L’équipementier américain, fondé en Grande-Bretagne en 1895, a pourtant été l’une des plus grandes marques d’articles de sport, quand, dans les années 1980, Jane Fonda l’avait rendu si populaire, rappelle le quotidien libéral de Munich. Mais son rachat en 2006 par Adidas pour 3,3 milliards d’euros n’a pas permis de “réduire l’écart avec le leader du marché, Nike”.

Pis, le mariage n’a jamais marché, tournant au “malentendu transatlantique majeur”. Jamais Reebok n’a été “en mesure de répondre aux attentes de sa maison mère allemande”.

À lire aussi: Football. Nike contre Adidas : la guerre des marques au Brésil

Comme dans les histoires de couple, “ils ont presque tout essayé pendant quinze ans”, explique Die Welt. En commençant par redresser l’image de Reebok, pour en faire le spécialiste du fitness féminin, avec des collections confiées à

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :