Vu de Corée du Sud. Condamnation “historique” du Japon par la justice sud-coréenne

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Après la condamnation par un tribunal de Séoul du Japon du fait de l’esclavage sexuel qu’il a imposé à des Coréennes durant la Seconde Guerre mondiale, les relations entre les deux pays risquent de se tendre un peu plus encore, constate la presse sud-coréenne.

Ce vendredi 8 janvier, le Tribunal du district central de Séoul a condamné le gouvernement japonais à verser 100 millions de wons (75 000 euros environ) à chacune des douze plaignantes qui ont toutes servi d’esclaves sexuelles pour l’armée nipponne pendant la guerre du Pacifique. “C’est un jugement, le premier du genre, doté d’une signification historique forte car il entérine les responsabilités des auteurs de ces crimes contre l’humanité et ouvre la voie à l’établissement d’une réelle justice vis-à-vis des victimes”, écrit, dans un éditorial, Hankyoreh, qui salue “une décision fondée sur l’interprétation tout à fait rationnelle de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des lois internationales”.

À lire aussi: Corée du Sud - Japon. Les “femmes de réconfort”, ces laissées-pour-compte

D’après le journal Kyunghyang shinmun, la cour coréenne a souligné l’absence de repentir du Japon qui avait infligé aux victimes d’innommables souffrances physiques et mentales et a estimé que Tokyo ne pouvait pas se cacher derrière l’immunité de l’État.

Demande d’excuses du Japon

À l’annonce du jugement, Lee Ok-son, une des plaignantes, âgée de 93 ans, a déclaré qu’elle ne se sentirait soulagée que quand elle aurait entendu les excuses sincères du Japon,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :