Publicité

Un vote "contre la nation": Woerth met en garde les députés LR qui s'opposeraient à la réforme des retraites

Le député Renaissance Eric Woerth, arrive à l'Assemblée à Paris le 22 juin 2022  - Alain JOCARD © 2019 AFP
Le député Renaissance Eric Woerth, arrive à l'Assemblée à Paris le 22 juin 2022 - Alain JOCARD © 2019 AFP

Tous les moyens sont bons pour défendre la réforme des retraites. Ce lundi, Éric Woerth, député Renaissance de l'Oise, estime sur Europe 1 que ne pas voter ce projet de loi reviendrait à agir au "détriment de la nation".

Le transfuge du parti Les Républicains (LR), par ailleurs ancien ministre du Travail et porteur d'une réforme des retraites en 2010, s'adressait au préalable aux députés de son ancienne famille politique.

"Intérêt général"

Ces derniers sont indécis. Certains, entre 15 et 20, restent insensibles aux sirènes macronistes, notamment en raison de désaccords sur les carrières longues. Malgré les concessions du gouvernement, ils pourraient voter contre le projet de loi ou s'abstenir.

Pour Éric Woerth, ces élus, dont Aurélien Pradié est la tête de proue, mènent des "aventures personnelles au détriment de l'intérêt général, au détriment de l'État, de la nation, des retraités, des jeunes générations". Il insiste: "C'est beaucoup".

"Je pense qu'on peut aboutir à une majorité"

Le soutien, ou non, de ces députés sera décisif si la réforme des retraites est votée - et non soumise avant cela au 49.3. Le camp présidentiel doit obtenir une quarantaine de voix dans les rangs de la droite. A l'image du gouvernement, Éric Woerth se montre confiant. "Je pense qu'on peut aboutir à une majorité en continuant de discuter", déclare le sexagénaire.

Et si ce n'était pas le cas? Le 49.3 ne serait "pas un aveu de faiblesse", juge Éric Woerth. "Il s'agirait, au contraire, d'un "aveu de réalisme et de pragmatisme", d'après lui. "C'est l'aveu que vous êtes dans une majorité relative, que c'est très difficile de travailler comme cela [...] et qu'on a besoin d'avoir un partenariat avec d'autres députés", indique-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com