Publicité

Volodymyr Zelensky: "Si les Russes pensaient à leur pays, il n'y aurait pas la guerre"

Volodymyr Zelensky le 24 février 2023.  - BFMTV
Volodymyr Zelensky le 24 février 2023. - BFMTV

Volodymyr Zelensky et Emmanuel Macron ont affiché leur complicité récemment à Paris mais les deux hommes ont parfois exprimé des vues différentes sur les contours à donner au conflit en Ukraine. De retour d'une conférence sur la sécurité internationale à Munich vendredi soir dernier, le président français a encore souhaité la défaite de la Russie mais a appelé à ne pas chercher à "l'écraser".

Lors d'une conférence de presse exceptionnelle tenue ce vendredi - et diffusée au cours de notre édition spéciale dans la soirée-, Volodymyr Zelensky a répondu aux questions de la presse du monde entier trois heures durant. Parmi elles, celle de notre journaliste Elise Philipps qui a recueilli sa réaction quant aux propos d'Emmanuel Macron.

Une marque de confiance de la communauté internationale

Le président ukrainien a d'abord vu dans la volonté du chef de l'État de se projeter vers l'avenir la marque d'un optimisme: "Les dirigeants des différents pays ont confiance en notre victoire. Et la confiance des dirigeants, c’est la confiance des sociétés." "La majorité des Européens croient en notre victoire et en la défaite de Moscou", a-t-il insisté.

"Le plus important, c’est ce qu’il se passera avec la Russie, après leur défaite. C’est ce que vous voulez savoir?" a-t-il relancé, avant de reprendre abruptement:

"En réalité, je m’en fous des Russes. Je pense qu’ils doivent s’occuper, penser à leur propre pays. S’ils y pensaient, nous n’aurions pas cette guerre." "S’ils pensaient à leur liberté d’expression, leur démocratie, leurs réformes économiques, leur peuple, pour que les citoyens russes ne soient pas des esclaves, ne soient pas pauvres, s’ils pensaient à tout ça, ça pourrait être un pays riche", a-t-il détaillé.

Volodymyr Zelensky a alors dressé son pays en exemple: "En Ukraine, nous, nous pensons à nous-mêmes."

Volodymyr Zelensky veut "plus de sanctions contre la Russie"

Le patron de l'exécutif ukrainien a ensuite étendu sa diatribe à l'ensemble des classes dirigeantes russes:

"Le business russe, les oligarques, sont sous sanctions. Leurs avoirs sont gelés, ils n’aiment pas ça. Leurs enfants ont fait leurs études à l’étranger et ils n’ont plus ce confort. Ce qu’il leur reste, c’est la Russie et c’est juste comme ça. Il est juste que leurs biens soient gelés."

"Désormais nous avons besoin de plus de sanctions contre la Russie directement, des sanctions efficaces pour les isoler elle et son économie", a-t-il affirmé.

Article original publié sur BFMTV.com