Publicité

Un volcan sous-marin menace la Méditerranée

En mer Égée, l'analyse de la chambre magmatique du volcan Kolumbo inquiète les chercheurs.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°913, daté mars 2023.

Situé à une dizaine de kilomètres de l'île grecque de Santorin, au sud de la mer Égée, le volcan sous-marin Kolumbo présente aujourd'hui une réelle menace pour la région. De nouveaux enregistrements sismiques de haute précision montrent en effet que sa chambre magmatique, localisée entre 2 et 4 km de profondeur sous le plancher océanique, accumule une importante réserve de matériau à un rythme moyen de 4 millions de m3 par an depuis l'éruption explosive de 1650.

À cette époque, Kolumbo avait éjecté environ 2 km3 de lave. Or, la chambre abriterait déjà 1,4 km3 de magma… Sa localisation, qui coïncide avec celle d'une série de récentes secousses sismiques, pourrait être le chaînon manquant entre un réservoir magmatique plus profond et le système hydrothermal à haute température présent au fond du cratère.

Un réservoir de magma de 2 km3 d'ici à 150 ans

Le sommet du volcan et son cratère de 1,5 km de diamètre affleurent actuellement à une dizaine de mètres sous le niveau de la mer et sa base s'étend à environ 500 m de profondeur. Kolumbo et Santorin sont situés sur l'arc égéen, qui marque la frontière entre deux plaques tectoniques, là où la plaque africaine entre en subduction sous la plaque égéenne. Les zones de subduction sont connues pour produire un volcanisme très actif. Et le Kolumbo, dont le réservoir devrait atteindre les 2 km3 d'ici à 150 ans, pourrait produire une éruption hautement explosive et un tsunami dévastateur dans un futur proche.

Les auteurs de l'étude publiée dans Geochemistry, Geophysics, Geosystems suggèrent que des réservoirs similaires - petits mais à haute teneur en magma -pourraient ne pas avoir été détectés dans d'autres volcans actifs. Compte tenu de la dangerosité de Kolumbo, ils préconisent de mettre en place sur ses flancs un observatoire sismique permanent.

Retrouvez cet article sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi