Publicité

Voitures sportives thermiques : sont-elles vraiment les plus polluantes ?

Rouler en sportive, ça pollue ? Peut-être un peu. Difficile de dire qu’une Porsche 911 ou une Mercedes-AMG GT, dont les moyennes de consommation passent difficilement en-dessous des 10,0, voire 15,0 litres/100 kilomètres, ne polluent pas. Oui, elles émettent en temps réel, bien plus de CO2 que n’importe quelle autre voiture plus communes.

A titre de comparaison, une Renault Clio de cinquième génération, équipée du petit moteur essence de 90 chevaux, consomme en moyenne quelques 5,0 litres/100 kilomètres. Et surtout, elle émet en moyenne seulement 118 g/km de CO2. Autrement dit, pour une auto 100% thermique, elle fait partie des plus propres.

Face à cela, une Mercedes-AMG GT 63 Coupé, équipée d’un V8 bi-turbo de 4,0 litres, est homologuée pour 319 g/km. C’est près de trois fois plus. Sans parler des consommations moyennes évaluée par le cycle d’homologation WLTP à 14,1 litres/100 kilomètres.

Autrement dit, dans la vraie vie, cette moyenne peut aisément grimper à 17,0 litres/100 km si l’on adopte pas la plus écologique des conduites… Voire à 25 litres/100 km si on décide de bousculer la mécanique. Bref, l’impact sur l’environnement est indéniable. Mais est-ce pour autant la raison principale de la pollution ?

Un monde sans sportives, un monde plus vert ?

Autant lâcher notre « carte Joker » d’emblée. La grosse différence réside dans le nombre de kilomètres parcourus. Certes, pour traverser la France, une Mercedes-AMG...Lire la suite sur Sport Auto